Archives pour la catégorie Animations

Truffes à Bordeaux: Mably 2017 version soft

En entrant samedi après-midi dans la Cour Mably nous nous attendions, après un an d’interruption pour cause de maigre récolte de la Truffe noire, à retrouver ce que nous avions connu et apprécié en 2015 et en 2014 . Certes l’organisation habituelle semblait avoir changé mais le site de la Ville de Bordeaux annonçait pour le samedi 4 février:

« La Truffe à Bordeaux Cour Mably et salle capitulaire. Evénement animé par le Club Ambassadors de la Truffe, présentation de la truffe tuber mélanosporum et de ses dérivés (huile, brisures, pâté, foie truffé, sauces…) le tout à base de truffe.« 

Nous avions signalé cette manifestation sur notre page Facebook en donnant les liens vers nos compte-rendus des précédentes éditions.

Mably-truffe-cour-2017.jpg

En fond de Cour, quelques stands sous la galerie. Une occupation des lieux en nette baisse en comparaison des millésimes 2014 et 2015.

Tuber melanosporum, truffe noire du Périgord, Mably, Bordeaux, CEMA, Michel Pujol, Patrick Giri, Thierry Chanteloube

En approchant, sous la galerie du fond, les produits dérivés figuraient en bonne place et … quelques truffes.

Tuber melanosporum, truffe noire du Périgord, Mably, Bordeaux, CEMA, Michel Pujol, Patrick Giri, Thierry Chanteloube

Dans un coin de la Salle Capitulaire (à gauche), en zoomant fort (à droite) Tuber melanosporum tenait le haut du panier ainsi que de nombreux ouvrages et revues la concernant sur les stands notamment du Festin et celui des Ruelles de Périgueux (photo en tête d’article).

Tuber melanosporum, truffe noire du Périgord, Mably, Bordeaux, CEMA, Michel Pujol, Patrick Giri, Thierry Chanteloube

A l’extérieur, près de la trufière reconstituée pour une démonstration de cavage, sur la place rebaptisée St Silain en référence à l’adresse périgourdine du Club Ambassadors de la truffe, les cors sonnaient en ce jour de tempête à cette heure apaisée.

tuber melanosporum,truffe noire du périgord,mably,bordeaux,cema,michel pujol,patrick giri,thierry chanteloube

Nous étions venus pour les truffes, ce diamant noir qui se regarde à la loupe (ici trinoculaire) dessus, dedans et qui se sent sans chinoiser (voir plus loin).

tuber melanosporum,truffe noire du périgord,mably,bordeaux,cema,michel pujol,patrick giri,thierry chanteloube

L’objectif macro de l’appareil photo apporte plus de netteté que la caméra de la loupe trinoculaire et le microscope permet, s’il en était besoin, d’affiner la détermination de ce champignon aux spores ovoïdes finement ornementées de fin poils et ensachées dans des asques par une, deux, trois quatre ou, plus rarement cinq.

tuber melanosporum,truffe noire du périgord,mably,bordeaux,cema,michel pujol,patrick giri,thierry chanteloube

Patrick Giry (à droite) responsable des achats chez Monteil à Brive prêtait main forte et compétente sur le stand de Thierry Chanteloube (entreprise de vente de champignons à Veyre- 24210 Azerat). L’échantillon qu’il nous a fait croquer « en le réchauffant » pour plus de parfum a servi à la courte étude macro-micro ci-dessus.

La mycologie est une passion et la partager un plaisir des plus rares. Ainsi, entre autre, avons nous appris de Patrick Giry que les truffes chinoises détectées, par exemple récemment au marché de Vergt en Dordogne, ne peuvent tromper les connaisseurs. Hors leur manque d’odeur et de saveur comparées à la mélano, elles ont la particularité de rebondir comme une balle lancée sur un mur. Truffe basque? que non mais à 900€ le kilo (prix constaté à Mably) la tentation de contrefaçon peut séduire. Acheter local surtout en matière de champignons où la fraicheur du produit est importante est un credo que nous partageons avec ce spécialiste. Gare aux sporophores peu frais et peut-être hautement pollués des pays de l’est.

Enfin, revenons aux truffes. De la Chine au Japon il n’y a qu’une mer et chez Monteil on expédie des truffes, des vraies mélano, au Japon. Pour qu’elles y soient acceptées il les faut bien calibrées, bien rondes, pas trop grosses, sans « défaut » apparent. Le tri laisse de côté une bonne partie de la production… Qu’importe le flacon, la mouche qui y pond ses œufs doit bien y trouver l’ivresse de sa reproduction sans faire cas de la forme mais certainement de la maturité.

Michel Pujol 

 

Publicités

Bourgailh deuxième sortie: les champignons affichent toujours complet

Bourgailh, Pessac (33), Ecosite du bourgailh, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, Michel Pujol, Francine Marque, Boletus edulis, russula amara

Comme celle du 22 octobre la sortie du samedi 5 novembre après-midi affichait « complet ». Cela accréditerait l’idée que les champignons font… recette à l’Ecosite du Bourgailh à Pessac (33).

Le matin au Bois du Bouscat Jacques Beck Ceccaldi, Michel Pujol et Jacques Boyer cofondateurs et animateurs du CEMA retrouvaient ce samedi après-midi les joies du partage de leur myco-passion avec un groupe renouvelé toujours attentif, motivé et, pour certains des participants, prêt à recouper leurs connaissances avec ceux que Laurent Rousserie (directeur de l’association gestionnaire des lieux) présentaient comme des « spécialistes » avant le départ de la balade découverte.

Bourgailh, Pessac (33), Ecosite du bourgailh, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, Michel Pujol, Francine Marque, Boletus edulis, russula amara

Quand les cèpes poussent ils apparaissent souvent dans des endroits géographiques différents à la même période…

Bourgailh, Pessac (33), Ecosite du bourgailh, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, Michel Pujol, Francine Marque, Boletus edulis, russula amara

… en partageant des biotopes similaires. Ainsi ce Boletus edulis, découvert par un des participants à la sortie, au milieu de chênes en un endroit découvert, biotope en tous points comparable à celui du Bois du Bouscat de la matinée. Sans doute avait-il échappé aux habitués qui sillonnent le site.

bourgailh,pessac (33),ecosite du bourgailh,jacques beck ceccaldi,jacques boyer,michel pujol,francine marque,boletus edulis,russula amara

Ce « spot » selon l’expression d’une Landaise du groupe (avec qui nous avons partagé quelques souvenirs Chalossais) n’avait pas été piétiné. On reconnaitra ici Russula drimeia (ex sardonia) et non R. amara comme indiqué dans une première version. Notre ami Jacques Guinberteau, conseiller scientifique du CEMA, nous fait observer que « la présence d’un mamelon est loin d’être un caractère suffisamment discriminant car Russula caerulea ou amara n’est pas la seule à posséder un mamelon luisant hautement différencié ! Se méfier de ce caractère.
Ici pour cette photo de drimeia = sardonia, on peut retenir surtout un pied lavé de rouge violacé par plage seulement (et non uniformément comme torulosa) et rarement blanc comme amara.
D’autre part les exemplaires de cette photo ne sont pas assez laqués luisants pour être une authentique amara, et les lames jaune citrin signe indubitablement une drimeia/sardonia. » En tout état de cause R. drimeia comme R. Amara ne mérite pas l’assiette.

Bourgailh, Pessac (33), Ecosite du bourgailh, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, Michel Pujol, Francine Marque, Boletus edulis, russula amara

Les espèces rencontrée, récoltées et disposées sur les tables à l’entrée face au Belvédère permettaient aux petits et aux grands de continuer à dialoguer sur le vaste monde des champignons à voir et à admirer si affinités sans mettre toute cette diversité dans la même poêle si on veut rester dans son assiette.

M.P.

Le Bois du Bouscat (33) deuxième

Comme l’année dernière https://cemachampi.wordpress.com/2015/10/17/le-bouscat-au-coeur-du-bois/ le CEMA animait samedi dernier une sortie découverte champignons à la demande de la Ville du Bouscat. La veille, Jacques Beck Ceccaldi et Michel Pujol avaient repéré avec Souheil Roux (gardien-gestionnaire du Bois du Bouscat) et Julien Joaniquet (ancien gardien, agent du service espaces verts) les pousses intéressantes dans ce parc de sept hectares.

Le Bois du Bouscat, Gironde, Bordeaux Métropole, champignons, Souheil Roux, Julien, Joaniquet, Daniel Pasquier, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, michel pujol, CEMA, Ville du Bouscat

Ainsi, ces animateurs du CEMA et ces agents de la Ville du Bouscat, auxquels s’étaient joints le jour de la balade Jacques Boyer et Daniel Pasquier, amenaient les participants sur les lieux de pousses repérés et, bien sûr, le nombre de chercheurs aidant, d’autres découvertes mycologiques avaient lieu attestant de la riche biodiversité des lieux.

Le Bois du Bouscat, Gironde, Bordeaux Métropole, champignons, Souheil Roux, Julien, Joaniquet, Daniel Pasquier, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, michel pujol, CEMA, Ville du Bouscat

Parmi les espèces présentes, ces Lacrimaires veloutées en bordure de chemin…

Le Bois du Bouscat, Gironde, Bordeaux Métropole, champignons, Souheil Roux, Julien, Joaniquet, Daniel Pasquier, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, michel pujol, CEMA, Ville du Bouscat

… et, dans un endroit inaccessible aux promeneurs habituellement mais exceptionnellement ouvert pour cette sortie, ces Cèpes de Bordeaux, ce jour Cèpes du Bouscat.

Le Bois du Bouscat, Gironde, Bordeaux Métropole, champignons, Souheil Roux, Julien, Joaniquet, Daniel Pasquier, jacques beck ceccaldi, jacques boyer, michel pujol, CEMA, Ville du Bouscat

Les nombreuses espèces rencontrées (au regard de l’hygrométrie des jours précédents) étaient exposées près de « la cabane du jardinier et à nouveau commentées pour un public attentif, motivé et soucieux de ne consommer le cas échéant que des champignons sains et déterminés sans aucun doute possible par des personnes compétentes.

M.P.

 

Bourgailh: les champignons affichent complet

pessac (33), Ecosite du Bourgailh, CEMA, jacques beck ceccaldi, jean-claude vignault, jean andré camy, michel pujolS’il s’était agi d’un match on aurait pu dire que le CEMA jouait à guichet fermé samedi sur le site du Bourgailh à Pessac (33) puisque les inscriptions affichaient « complet ». Même si du côté fonge les pousses ne perçaient pas au pied de chaque arbre quelques espèces étaient dénichées et commentées dans chaque groupe sous la conduite de Jean-Claude Vignault, Jean André Camy, Jacques Beck Ceccaldi et Michel Pujol animateurs de cette sortie.

A défaut de « vraies » girolles on trouvait les « fausses », Hygrophoropsis aurantiaca. L’occasion de rappeler que les lames ne font pas un pli et plus simplement de montrer in situ toute la diversité du monde des champignons.pessac (33), Ecosite du Bourgailh, CEMA, jacques beck ceccaldi, jean-claude vignault, jean andré camy, michel pujolAprès avoir inspecté  différents biotopes et leurs champignons « de sortie » ce jour-là, les participants installaient et classaient les espèces prélevées sur les bancs de l’entrée du site.pessac (33), Ecosite du Bourgailh, CEMA, jacques beck ceccaldi, jean-claude vignault, jean andré camy, michel pujolIl restait aux animateurs à prodiguer, en s’appuyant sur les espèces exposées, informations et conseils notamment en ce qui concerne la consommation et les risques d’intoxication. Des Amanites phalloïdes trouvées la veille dans la région permettaient d’examiner, de la volve au chapeau chinuré, ce responsable de la très grande majorité des intoxications mortelles.pessac (33), Ecosite du Bourgailh, CEMA, jacques beck ceccaldi, jean-claude vignault, jean andré camy, michel pujol

Champignons en lumière autour du Phare du Cap-Ferret avec Le Centre Antipoison et le CEMA

Lège-Cap-Ferret, phare du cap-ferret, CEMA, centre anti poison de bordeaux, spectrométrie de masse, dr Magali Labadie, fr3 aquitaine, isabelle quincy, jacques boyer, jacques beck ceccaldi, michel pujol

Dans une précédente note nous évoquions la journée Champignons&Co à Petit-Piquey. Le lendemain, dimanche 16 octobre, le CEMA retrouvait ses amis du Centre Antipoison et de Toxicovigilance de Bordeaux, comme en 2015 , 2014 , 2013 , 2012 , 2011 , pour la rencontre annuelle maintenant traditionnelle sur le terrain. Elle avait pour cadre la forêt de chênes verts et de pins qui ceinture le Phare du Cap-Ferret. La municipalité de Lège-Cap Ferret, sur la proposition d’Isabelle Quincy pharmacienne-mycologue-conseillère municipale et à la demande de Jacques Boyer du CEMA avait ouvert spécialement le site le matin aux mycologues du Cercle d’Etudes Mycologiques en Aquitaine et aux praticiens de l’urgence du CHU de Bordeaux confrontés notamment au suivi des intoxications par les champignons.Lège-Cap-Ferret, phare du cap-ferret, CEMA, centre anti poison de bordeaux, spectrométrie de masse, dr Magali Labadie, fr3 aquitaine, isabelle quincy, jacques boyer, jacques beck ceccaldi, michel pujolLe but était d’explorer ce biotope particulier et d’y prélever des espèces dont certaines propres à la mycoscénose des lieux tout en permettant aux collaborateurs du CAPTV, placés sous la responsabilité du Dr Magali Labadie, de parfaire leurs connaissances en mycologie. Plusieurs d’entre eux avaient d’ailleurs participé aux précédentes rencontre citées plus haut.Lège-Cap-Ferret, phare du cap-ferret, CEMA, centre anti poison de bordeaux, spectrométrie de masse, dr Magali Labadie, fr3 aquitaine, isabelle quincy, jacques boyer, jacques beck ceccaldi, michel pujolComme signalé précédemment une équipe de reportage de FR3 Aquitaine qui souhaitait faire un sujet champignons pour le journal du soir rejoignait le groupe en cours de balade. Le Dr Magali Labadie, responsable médicale du CAPTV (photo ci-dessus) communiquait ainsi le vécu mycotoxicologie particulièrement dense, comme en ce moment, en période de pousses.Lège-Cap-Ferret, phare du cap-ferret, CEMA, centre anti poison de bordeaux, spectrométrie de masse, dr Magali Labadie, fr3 aquitaine, isabelle quincy, jacques boyer, jacques beck ceccaldi, michel pujolPrès de la table improvisée (plutôt un banc d’ailleurs) de détermination où officiaient Jacques Boyer et Jacques Beck Ceccaldi la discussion s’engageait sur les espèces toxiques dont la mortelle Amanite phalloïde trouvée la veille à Petit-Piquey et amenée au Phare pour la démo.Lège-Cap-Ferret, phare du cap-ferret, CEMA, centre anti poison de bordeaux, spectrométrie de masse, dr Magali Labadie, fr3 aquitaine, isabelle quincy, jacques boyer, jacques beck ceccaldi, michel pujolLors de la cueillette les différentes espèces avaient été séparées et placées dans des poches (au centre du banc dans le panier à anse) pour être déterminées par les mycologues du CEMA avant de faire l’objet ultérieurement de « fiches d’identité » par un laboratoire spécialisé du CHU. Cela grâce à la spectrométrie de masse de type MALDI-TOF déjà utilisée pour les micromycètes. Appliquée aux macromycètes, (début d’application en cours à Marseille) cette démarche nouvelle à laquelle sont associés le CAPTV et le CEMA devrait permettre à terme de construire une bibliothèque de profils protéiques des champignons supérieurs (la séquence des protéines ribosomales des champignons varie d’une espèce à l’autre). 

M.P.

Sans dresser une liste exhaustive de toutes les espèces rencontrées, voici celles parmi les specimens frais qui devraient être utilisés pour être analysés grâce à la spectrométrie de masse décrite plus haut:

Boletus queletii, Clitocybe geotropa, Collybia dryophila, Gymnopilus picreus, Hygrophoropsis aurantiaca, Inonotus hispidus, Lactarius chrysorrheus, Mycena seynii, Panus mitis sp., Paxillus involutus, P. panuoides var. ionipus = Tapinella panuoides var. ionipus, Phaeolus schwenitzii, Russula cyanoxantha, R. cavipes, R. densifolia, R. delica, R. ochroleuca, R. pectinata, R. ilicis, R. virescens, Suillus granulatus, Volvariella gloiocephala, Xerocomus ferrugineus sp.

 

 

 

Champignons&Co: Lège garde le cap pour la deuxième édition

L’année dernière à même époque sortie sur le terrain, pique-nique, expo, conférences avaient répondu aux attentes des Ferretcapiens. Aussi cette année, pour la deuxième édition de Champignons&Co, Isabelle Quincy pharmacienne-mycologue-conseillère municipale et Jacques Boyer CEMA ont gardé le cap en suivant le même déroulé lors de la journée mycologique du samedi 15 octobre.

Une cinquantaine de participants étaient au rendez-vous le matin à la médiathèque de Petit-Piquey ainsi que les « encadrants » du Cercle d’Etudes Mycologiques en Aquitaine. Plusieurs groupes étaient formés pour aller dans différents biotopes de Lège à la rencontre des espèces présentes.lège-cap-ferret, petit-piquey, ville de lège, CEMA, Isabelle Quincy, Jacques Boyer, pharmaciensPar exemple, un des groupes partait à pied vers le parcours santé et en bord de route dans l’herbe sous les arbres trouvait quelques russules et … des Marasmes des oréades (Marasmius oreades, faux mousserons). Jean André Camy du CEMA pointait alors (photo du haut) les ronds de sorcière témoignant de la progression concentrique du mycélium donnant naissance en sa périphérie aux appareils reproducteurs appellés communément champignons.

La forêt recelait également quelques espèces dont notamment (photos centre droite) le Pheole de Schweinitz (Phaeolus schweinitzii) et celle qu’il faut reconnaître absolument, l’Amanite phalloïde.lège-cap-ferret, petit-piquey, ville de lège, CEMA, Isabelle Quincy, Jacques Boyer, pharmaciensDe retour dans le jardin de la médiathèque les différents groupes se mettaient à table pour y disposer les champignons prélevés lors des balades didactiques et, pour certains d’entre eux, s’attabler ensuite autour du pique-nique.

La diversité des lieux explorés, le nombre des cueilleurs concourrait à une récolte abondante en diversité mise en valeur et classée par espèces et genres par le CEMA.lège-cap-ferret, petit-piquey, ville de lège, CEMA, Isabelle Quincy, Jacques Boyer, pharmaciensL’après-midi dans une salle de la médiathèque, Isabelle Quincy (en haut au centre de notre montage) qui avait été le fil rouge de cette journée, présentait les conférences: « Qu’est-ce qu’un champignon. Physiologie et écologie (par Jacques Boyer) », « Champignons et radioactivité (par Michel Pujol) », « Champigons des dunes: un biotope particulier (par Jacques Boyer) ». Les questions et retour d’expérience de l’auditoire témoignaient de l’intérêt apporté à une meilleure connaissance du monde fongique et aussi aux précautions à prendre pour ne pas être victime d’intoxication par les champignons.

Ce dernier aspect était au centre d’une balade du lendemain cette fois du CEMA et des collaborateurs du Centre Antipoison et de Toxicovigilance de Bordeaux autour du Phare du Cap-Ferret. Nous l’évoquerons dans une prochaine note en … gardant le cap.

M.P.

Avec une équipe de FR3 le tour du phare du Cap-Ferret et ses champignons

fr3-2

Le CEMA organisait dimanche 16 octobre une sortie mycologique avec le Centre Antipoison et de toxico vigilance de Bordeaux dans la forêt de chênes verts et de pins ceinturant le phare du Cap-Ferret. Il s’agissait aussi de prélever des échantillons frais et dûment identifiés pour une étude de spectrométrie de masse afin d’établir des fiches d’identification propres à chaque espèce.

Marie-Pierre d’Abrigeon et S. Delalot étaient venus à la rencontre des mycologues, médecins, pharmaciens, infirmiers, internes, étudiants etc. pour réaliser micro au poing et caméra sur l’épaule et … au ras du sol un reportage diffusé le soir même http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_1920_aquitaine.html

Accédez à ce reportage (de7’10 à 9’13)  en cliquant sur le lien ci-dessus donnant le replay du journal.

fr3-1