Archives du mot-clé association mycologique de bigorre

Au gré de nos pas: le col de Manté en Haute-Garonne

Prendre de la hauteur. 1349m le col du Manté, commune de Boutz, en montant après Saint Béat, avant d’arriver à la station du Mourtis à quelques tours de pédales du col. « Relie la vallée de la Garonne (dénivelée de 848 m) à la vallée du Ger (dénivelée de 549 m) » dixit Wikipedia. Juillet. L’auberge La Soulan (accueil très sympathique) résonne. Entre cloches de vaches de l’estive (certaines sont des blondes d’Aquitaine) cyclistes espagnols, touristes scandinaves, britanniques et … mycologues qui parlent un peu latin Babel babille.

bois-manté-CEMA-MP.jpg

Nous n’y étions pas venu faire du vélo sinon escalader les pentes de la hêtraie sapinière en prenant soin de souffler dès le premier champignon venu et, éventuellement, faire une pose photo. Cela en compagnie de la Société Mycologique du Comminges (SMC) organisatrice de cette rencontre au sommet à la date du 24 juillet avec la Société Mycologique du Béarn (SMB) et l’ Association Mycologique de Bigorre (AMB).

Morne plaine sèche girondine et riche fonge montagnarde. Cet été, assurément, il faut prendre de la hauteur pour rencontrer le fruit de notre passion. Bref pousser loin et surtout haut pour quelques pousses alors pourquoi ne pas découvrir Menté.

Boletus-calopus-CEMA-MP.jpg

Dès la veille de la rencontre, nous observions notamment, en repérage, en assez grand nombre Megacollybia platyphylla et Collybia dryophila colonisant le tapis humide des feuilles de hêtre, quelques russules ça et là en particulier des charbonnières aux lames lardacées, Amanita rubescens à tous les stades de croissance de même qu’ Amanita vaginata, bon nombre de lignicoles et un petit bolet amer (ci-dessus). 

Manté-détermination-CEMA-MP.jpg

Le lendemain près d’une cinquantaine de Commingeois, Béarnais et Bigourdans allaient sillonner les sous-bois et récolter autour de soixante dix espèces différentes recensées lors de la traditionnelle séance de détermination dirigée avec bienveillance par le Président Rémi Sarraute. Ambiance amicale, festive et conviviale garantie, à « fracasser » une table de gaieté.

Au gré de nos pas, quelques poses photo:

col de manté,société mycologique des comminges,société mycologique du béarn,association mycologique de bigorre,amanites,lignicoles,cema,tremella aurantia,boletus calopus,michel pujol,rémi sarraute,yves cestac,christophe cobo

Bolets amers en nombre

Amanita-junquillea-CEMA-MP.jpg

Amanita-rubescens-CEMA-MP.jpg

Amanita-vaginata-CEMA-MP.jpg

Quelques amanites

Phallus-impudicus-CEMA-MP.jpg

Le satyre puant ami des mouches, image fixe

Le même en video

Panus-conchatus-CEMA-MP.jpg

Trois-lignicoles-CEMA-MP.jpg

Phellinus-hartigii-CEMA-MP.jpg

Stereum-hirsutum-CEMA-MP.jpg

Quelques lignicoles et…

Tremella-aurantia-CEMA-MP.jpg

… cerise sur le gateau ou plutôt sur Stereum hirsutum qu’elle parasite cette très belle trémelle.

Michel Pujol

Les espèces rencontrées

Amanita excelsa ; A. gemmata ; A. rubescens ; A. spissa ; A. vaginata ; Boletus calopus ; B. erythropus ; B. aestivalis ; Calocera cornea ; C. viscosa ; Cantharellus friesii ; C. pallens ; Clitocybe gibba ; Chlorociboria aeruginascens ; Coltricia perennis ; Crucibulum laeve ; Cudonia circinans ; Dacrymyces stillatus; Ditiola pezizaeformis (=Femsjonia P.) ; Hapalopilus rutilans ; Hydropus marginellus ; Clitocybe clavipes ; Collybia aquosa ; C. confluens ; C. dryophylla ; Fomes fomentarius ; Fomitopsis pinicola ; Fuligo septica ; Ganoderma carnosum ; G. lipsiense ; Gyroporus cyanescens ; Hydnum rufescens ; Hydropus marginellus ; H. subalpinus ; Hypholoma fasciculare ; Lactarius picinus ; Lactarius lignyotus; Lenzites betulina ; Lepiota ochraceosulfurescens ; Lycogala epidendron  ; Marasmiellus (=setulipes) androsaceus ; Marasmius aillaceus ; M. rotula ; Megacollybia platyphylla ; Mycena pelianthina ; M. pura ; M. vitilis ; Oudemansiella mucida ; O. radicata ; Panus conchatus ;  Phallus impudicus ; Pholiota astragalina ; Polyporus ciliatus ; P . durus ;P. varius; Porphyrellus porphyroporus ; Pterula multifida ; Pycnoporus cinnabarinus ; Resupinatus trichotis; Russula amoena ; R. aurea ; R. cyanoxantha ; R. cyanoxantha var. peltereaui ; R. grisea ; R. heterophylla ; R. vesca ; Schyzophyllum commune ;  Stereum hirsutum ; S. insignitum ; S. subtomentosum; Stropharia semiglobata ; Trametes gibbosa ; T. hirsuta ;T. pubescens; T. versicolor ; Tremella aurantia ; T. foliacea ; T. mesenterica ; Trichaptum abietinum ; Xerocomus chrysenteron.

Publicités

Au printemps, en Ariège, avec les Bigourdans

Connaissez-vous la Forêt Royale de Sainte-Croix-Volvestre ? Un petit coin de paradis mycologique pour Nicolas de Munnik expert et guide de ces deux journées partagées avec les amis de l’Association Mycologique de Bigorre. Ajoutez à cette sapinière naturelle très ancienne et remarquable à un peu plus de 300m d’altitude, un autre biotope plus propice aux apparitions printanières, sous frênes en particulier, d’ascomycètes dont quelques uns goûteux bien cuits ou séchés. Nos pas, alors motorisés, nous conduiront, à quelques kilomètres de là, du côté de Gourbit toujours chaperonnés, pour notre plus grand plaisir, par Nicolas. 

Ischnoderma-benzoinum-SCV.jpg

Ce week-end des 9 et 10 avril, il ne fallait pas s’attendre à trouver dans la sapinière une fonge très diversifiée en dehors des espèces lignicoles tels ces « vieux » Ischnoderma benzoinum accrochés à leur sapin.

Neolentinus-adhaerens-SCV.jpg

Ou bien, plus frais, Neolentitus adhaerens, des Lentins qui collent au doigt quand on les tapote du chapeau, eux aussi bien accrochés à leur sapin.

Neolentinus-adhaerens-arête.jpg

Outre ce côté attachant de l’espèce, on remarquera l’aspect très denticulé des lames et un stipe, pour notre récolte, très velu.

Fomitopsis-pinicola-RB.jpg

Autre espèce « classique » des résineux présente à Sainte-Croix-Volvestre, le Polypore marginé gouteux en larmes et pas goûteux. On ne saurait trop défendre l’intérêt d’une orthographe à l’écriture bien droite…

Amanita-junquillea-SCV.jpg

Comme une fleur se détachant d’un fond vert sapin, une Amanite jonquille bien jaune ornée de squames délicates blanches.

Sarcosphaera-coronaria-SCV.jpg

Et nous la retrouvons encore ici « notre » Pézize couronnée objet de précédentes notes mais ne sommes nous pas dans une Forêt Royale? Alors, quoi de plus normal qu’une couronne en ces lieux. 

Hygrophorus-marzuolus-GLB.jpg

L’œil gourmand de l’ami Georges ne pouvait le manquer tant ce champignon est goûté des mycophages en particulier des Espagnols. Nous n’avons trouvé toutefois qu’un seul Hygrophore de mars. N’étions-nous pas en avril!

Calocybe-gambosa-SCV.jpg

En revanche, ils étaient plus nombreux, cette fois hors sapinière, sous peupliers, toujours à Saint-Croix-Volvestre, en bordure d’un lac, repérés la veille par … Georges, ces Calocybe gambosa appelés aussi Tricholome de la saint … Georges. Normal car la Saint Georges est en avril mais sans Georges Le Bescond cette photo n’aurait pas été prise.

Gourbit basique

Après les terres plutôt acides de la sapinière où voisinaient des châtaigniers, le lendemain, Nicolas de Munnik guidait le groupe des mycologues bigourdans à Gourbit, en plus haute montagne semée de pierres calcaires, une terre (Ph 7 à 8) bien humide, irriguée par des ruisseaux et ruisselets alimentés par la fonte de la neige et peuplée d’aulnes, frênes et noisetiers.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa

 La première observation mycologique et … botanique de Nicolas fut consacrée à l’Anémone des bois et « son » champignon symbiotique Dumontinia tuberosa

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa

Quand on dégage doucement cet ascomycète de son substrat et qu’on enlève délicatement la gangue de terre qui entoure son stipe on découvre le sclérote pendant.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa, dumontinia tuberosa,

La Sclérotinie tubéreuse est bien connue, ainsi que le souligne R. Courtecuisse    (n°9), pour apparaître « au printemps, dans les bois frais, avec l’anémone sylvie ».

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa

Autre asco myco-compatible avec ce biotope, ce Sarcoscypha d’un rouge chatoyant faisant penser, au premier abord, à des recettes où on l’associe à un zeste de kirch au fond de sa coupe…

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa

La micro écarte coccinea au profit d’austriaca avec des spores souvent déprimées aux pôles. Chez S. coccinea les spores peuvent être plus ou moins plates mais jamais déprimées.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa

Au rayon des lignicoles, on aime à photographier, sans judas, les volutes de cette oreille mésentérique.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa

De même, sur branches de noisetier ce pleurote en forme de nid est éclatant, très chou par son odeur également alliacée.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa

Sur cette photo de Robert Cazenave on distingue bien la forme de nid à la marge hérissée.

 sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa,sarcoscypha austriaca,phyllotopsis nidulans

Ce myxomycète semble dessiner un logo très mode sur revêtement grumeleux.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa,sarcoscypha austriaca,phyllotopsis nidulans

Retour chez les ascos avec cet Hypocreale décrit dans la littérature sur Corylus, comme semble-t-il ici, ou sur Salix.

Enfin, vous interrogez-vous, rien à se mettre sous la dent? Une petite morille par exemple? Très peu en vérité.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa,sarcoscypha austriaca,phyllotopsis nidulans,hemitrichia serpula,hypocreopsis lichenoides,morchella esculenta,morchella gigas,mitrophora semilibera

 Celle-ci, au hasard.

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa,sarcoscypha austriaca,phyllotopsis nidulans,hemitrichia serpula,hypocreopsis lichenoides,morchella esculenta,morchella gigas,mitrophora semilibera

… et quelques morillons.

Vous en reprendrez bien deux pour la fin (faim?)

Michel Pujol

sainte-croix-volvestre,gourbit,nicolas de munnik,association mycologique de bigorre,robert cazenave,marie latour,georges le bescon,michel pujol,ischnoderma benzoinum,neolentitus adhaerens,fomitopsis pinicola,amanita jonquillea,sarcosphaera coronaria,hygrophorus marzuolus,calocybe gambosa,dumontinia tuberosa,sarcoscypha austriaca,phyllotopsis nidulans,hemitrichia serpula,hypocreopsis lichenoides,morchella esculenta,morchella gigas,mitrophora semilibera

 Les espèces rencontrées

09 avril 2016, Ste CROIX VOLVESTRE, 40 espèces :       

    Amanita junquillea, Amylostereum chailletii, Auricularia mesenterica, Bjerkandera adusta, Calocybe gambosa,  

    Caloscypha fulgens, Ciboria rufofusca, Cudoniella clavus, Daedalea quercina, Dasyscyphella nivea, Exidia truncata,  Fomitopsis pinicola,

 Ganoderma adspersum, Gymnopilus penetrans, Heterobasidion abietinum,  Hygrophorus marzuolus, Hymenochaete corrugata, Hymenochaete rubiginosa, Hypocrea pulvinata, Hypoxylon fuscum, Lentinus adhaerens,              

    Metatrichia vesparium, Panellus stypticus, Paxillus involutus, Paxillus rubicundulus, Phellinus ferreus,         

    Phellinus hartigii, Phellinus punctatus, Piloderma croceum, Pleurotus columbinus, Pluteus cervinus, 

    Sarcoscypha austriaca, Sarcosphaera coronaria, Skeletocutis amorpha, Stereum hirsutum, Stereum ochraceoflavum,    Tarzetta catinus, Trametes versicolor, Trichaptum abietinum, Trichaptum biforme

10 avril 2016, GOURBIT, 49 espèces :

    Artomyces pyxidatus, Auricularia mesenterica, Bactridium flavum, Chlorociboria aeruginascens,  Daedaleopsis confragosa, Dasyscyphella nivea, Datronia mollis, Diatrype bullata, Diatrype stigma, Disciotis venosa,

    Encoelia furfuracea, Exidia glandulosa, Fuscoporia ferruginosa, Hemitrichia serpula, Hymenochaete corrugate,

    Hymenochaete rubiginosa, Hymenochaete tabacina, Hypocreopsis lichenoides,                   .

    Hypomyces rosellus, Hypoxylon fuscum, Kuehneromyces mutabilis, Laeticorticium roseum, Lenzites betulinus, 

    Metatrichia vesparium, Mitrophora semilibera, Morchella esculenta, Panellus stypticus, Peniophora cinerea,   

    Peniophora limitata, Phlebiella vaga, Phyllotopsis nidulans, Plicaturopsis crispa, Polyporus brumalis, Polyporus varius, Psathyrella spadiceogrisea, Psilopezia babingtonii, Sarcoscypha austriaca,              

    Skeletocutis nivea, Stereum hirsutum, Stereum rugosum, Stereum sanguinolentum, Stereum subtomentosum,   

    Strobilurus stephanocystis, Tectella patellaris, Trametes multicolor, Trametes pubescens, Trametes versicolor,  Tremella mesenterica, Vuilleminia coryli.                                 

Allo CEMA? Du pin sur la planche avec un Gloeophyllum

Nous recevons au CEMA des appels téléphoniques d’identification de champignons et nous conseillons, si ce n’est déjà fait, de photographier les sujets le plus nettement possible  sous divers angles, voire, dans certains cas, de faire passer, en plus des photos, un échantillon pour étude microscopique. N’ayant surtout pas la science infuse même à l’heure du thé nous nous concertons parfois autour de boissons plus roboratives comme le café ou autre et, pour ajouter aux chances de réduire l’angle d’arrivée à l’espèce, nous élargissons le Cercle autant que faire se peut.

Dernièrement, Antoine Ribaud nous interroge « sur un champignon qui s’est développé sur une terrasse en pin ».

Sur les photos qu’il nous envoie, compte-tenu du biotope et de l’allure du basidiophore, de ce que nous devinons de son hymenium, de ce que nous trouvons en littérature, nous allons plutôt vers Gloeophyllum sepiarum, le Lenzite des poutres ou Lenzite des clôtures. Mais sans aucune certitude (science infuse… thé thé).

Nous connaissons le goût que notre excellent ami Robert Cazenave, Président de l’Association Mycologique de Bigorre, a à l’endroit et à l’envers des Aphillophorales et lui transmettons les infos et photos pour avis.V__9A60(1)

Pour l’ami Robert l’envers ne fait pas un pli: « l’hymenium est entreporé et labyrinthé et non lenzithoïde comme G. sepiarum ». Il s’agit de Gloeophyllum trabeum.  Robert Cazenave ajoute: « comme G. sepiarum et comme G. abietinum, il pousse sur le bois de conifères et particulièrement sur le bois d’œuvre qui a pris l’humidité ».

M.P.

Tras los Pirineos… sans quitter la Garonne

Qu’y-a-t-il de commun entre Bordeaux et le Val d’Aran? La Garonne bien sûr qui court, vivace, depuis le Pla de Beret au-dessus de Baqueira et rejoint Vielha avant de muer de Garonna en Garonne sans changer de peau et continuer à parler Catalan. Des rives humides où règnent frênes et noisetiers et ce mois de mai … quelques morilles.

Un décor de carte postale pour un week-end, les 10 et 11 mai avec les amis de l’Association Mycologique de Bigorre sous la conduite de Robert Cazenave et Vincent Lesterps.

Des quelques espèces rencontrées, émergent des Entolomes et Strobilurus en nombre sous les pins (à droite de notre cliché du groupe à Beret en entête).1654210163

Cet Entolome printanier foisonnait en petits groupes au pied des pins dans les tapis d’aiguilles.1914837385

Hors les spores caractéristiques du genre et la saison liée à l’espèce, l’odeur d’Entoloma hirtipes est particulière. Plutôt foie de poisson (Courtecuisse), iodée évoquant l’odeur de l’eau que relâchent les huîtres (Eyssartier-Roux), huître ou mastic (Borgarino-Hurtado), de concombre ou de poisson (Bon), concombre, farine (Myco DB). Classé « sans intérêt ou indigeste » mais bon à sentir en y trouvant effectivement un peu tout ça en le froissant énergiquement. 

Biblio: Guillaume Eyssartier & Pierre Roux Le guide des champignons France et Europe page 644; Pierre Roux Mille et un champignons mention page 655; Marcel Bon Champignons de France et d’Europe occidentale page 190; Didier Borgarino & Christian Hurtado Le guide des champignons page 349; Régis Courtecuisse & Bernard Duhem Guide des champignons de France et d’Europe n° 920

3017300913

Sur cônes de pin enterrés, ce petit champignon voisinait avec notre Entolome à pied hérissé.

417376148

La microscopie confirmait, s’il en était besoin, par ces cystides « couronnées », le nom de l’espèce: Strobilurus stephanocystis ou Collybie des cônes de pin.

Biblio: Pierre Roux Mille et un champignons page 546; Didier Borgarino & Christian Hurtado Le guide des champignons page 288; Guillaume Eyssartier & Pierre Roux Le guide des champignons France et Europe page 348; Marcel Bon Champignons de France et d’Europe occidentale mention page 176; Régis Courtecuisse & Bernard Duhem Guide des champignons de France et d’Europe n° 622

821566542

Cette sortie en Val d’Aran était aussi et surtout tournée vers les morilles. Ces blondes furent difficiles à débusquer et quelques spécimens aussi crépus rejoignirent les paniers … pour étude ultérieure.

3440497717

Bien qu’en Espagne, ces Verpes de Bohème agrémentèrent notre vagabondage au frais sous les noisetiers.

M.P.

3196429294

Des Verpes mûres et les morilles aussi. Toxiques crues.