Archives du mot-clé Lormont

Favolaschia calocera: une espèce tropicale découverte aussi en Gironde

Dans ses éditions datées du samedi 22 octobre 2016 le journal Sud Ouest titrait Un champignon tropical s’installe dans la région Cet article évoquait la découverte dans la région de Pau (Robert Cazenave) et celle de Bordeaux (Jacques Beck Ceccaldi) d’une espèce tropicale pour le moins très « voyageuse » et d’adaptation apparemment facile en Europe.

Le Bulletin mycologique et botanique Dauphiné-Savoie N°224 daté de mars 2017 publiait (pages 19 à 29) un article de Robert Cazenave intitulé « Deux récoltes françaises d’une espèce tropicale: Favolaschia calocera R. Heim ». Nous avions mis en ligne peu de temps auparavant l’étude qui va suivre. Nous l’avions bien volontiers très vite retirée de notre blog notamment à la demande du premier découvreur français qui souhaitait en conserver le « scoop ».

Nous la remettons en ligne aujourd’hui longtemps après publication dans le Bulletin de la F.M.D.S. et en tenant compte d’une réactualisation par Jacques Beck Ceccaldi de son étude ci-dessous. Un sujet d’actualité puisque cette espèce a été récemment redécouverte, le 25 octobre, par Yoën Alonzeau au Bois du Bouscat en Gironde lors d’une animation mycologique conduite par le CEMA. Onzième découverte en France (1).

On retiendra que Robert Cazenave souhaite « être informé sur toutes les nouvelles trouvailles pour avoir un maximum d’informations sur le sujet ». Le message est passé. 

—————————————————————————-

 

 Ce petit champignon très « nid d’abeille » d’un orange qui tache essaimera-t-il encore à l’entour? Les mycologues y seront sans doute attentifs. Jacques Beck Ceccaldi notre chargé des recherches mycologiques, découvreur et redécouvreur de Favolaschia calocera en Gironde en fait ici le portrait macro-micro. 

Favolaschia calocera  R.Heim

             Division : Basidiomycota   Classe : Homobasidiomycetes, Basidiomycetes

Ordre : Tricholomatales   Famille : Mycenaceae

UNE ESPECE TROPICALE

Jacques BECK CECCALDI  Lormont Gironde France – 2017

Notre première découverte pour la région est notée de novembre 2015, à Lormont en Gironde, rive droite de la Garonne, dans un petit parc municipal dit « Parc du Bois Fleuri », en centre-ville,

Favolaschia-calocera-JBC-20.jpg

mais l’état de notre récolte (planche ci-dessus) ne nous permit pas de réaliser des observations microscopiques. Les exemplaires étaient encore immatures et il nous avait été impossible de les conserver.

favolascia-in-situ-1.jpg

Une deuxième découverte (ci-dessus) en novembre 2016 fut réalisée dans un autre parc distant d’un kilomètre, toujours en pleine ville

favolascia-in-situ-2.jpg

et nous a permis les descriptions qui suivent après une longue ré humidification.

     Descriptions macroscopiques

favolascia-macro-1.jpg

           Chapeau : stipité latéralement, réniformes, 3 à 15 mm, large, jaune à orange très lumineux. Ressemblant plus à un corps gélatineux (si humide) que caoutchouteux. Surface translucide pavée par les pores de l’hyménium de façon hexagonale. La pigmentation qui confère ce bel orangé à l’ensemble du sporophore parvient à colorer les doigts en cas de manipulation excessive.

favolaschia calocera, espèce tropicale, CEMA, microscopie, jacques beck ceccaldi, Robert Cazenave, Lormont, Artiguelouve

 Odeur : nulle. Saveur : un peu amère. Pores : 2 à 3 par mm au maximum, polygonaux (hexagonaux) à maturité, profonds de 1à 1,5mm ou plus si parvenus à maturité complète. Radialement répartis à partir du stipe, ils sont de plus en plus petits en approchant de la marge qui est, couverte d’une pruine blanche.

favolaschia calocera, espèce tropicale, CEMA, microscopie, jacques beck ceccaldi, Robert Cazenave, Lormont, Artiguelouve

Stipe : court, cylindrique, latéral, une manipulation inattentive fera disparaître la pruine blanche qui le recouvre. 

Descriptions microscopiques

favolaschia calocera, espèce tropicale, CEMA, microscopie, jacques beck ceccaldi, Robert Cazenave, Lormont, Artiguelouve

Spores :L’état de la première découverte girondine (fin 2015 à Lormont), n’avait pas permis une étude microscopique suffisamment précise. Par contre nous avons obtenu un résultat significatif lors de la récolte de 2016. La sporulation abondante, blanche en masse, a facilité l’observation de spores, ovoïdes à larmoïdes, dont un pôle supporte le hile, sans posséder au pôle opposé de trace de pore germinatif. L’intérieur apparait granuleux et présente une vésicule centrale particulièrement importante au point de ne laisser au cytoplasme que deux étroits ménisques. Les dimensions sont toutefois semblables à celles notées lors de la première découverte, et se situent dans l’échelle de 9,3-11 x 8,5µm.

favolaschia calocera,espèce tropicale,cema,microscopie,jacques beck ceccaldi,robert cazenave,lormont,artiguelouve

       

  • Les basides, non bouclées, bisporées, (rares basides tri ou quadrisporées), en palissade, (38-40 x 7-10µm), présentent de longs stérigmates approchant 12 à 14 µm.

 Nous avons observé des formations acanthosiques, non seulement sur la marge en palissade, mais aussi en profondeur, de dimensions irrégulières : 7,4-63,3 x 7-11,4µm. Elles sont cylindriques à base plus ou moins effilée, couvertes de diverticules de 2 à 3,5µm, sans cloison ni boucle.

      

favolaschia calocera, espèce tropicale, CEMA, microscopie, jacques beck ceccaldi, Robert Cazenave, Lormont, Artiguelouve

            Les gloeocystides montrent une guttule centrale fortement développé à contenu huileux jaunâtre baignant dans un espace granuleux. Elles prennent une forme clavée atteignant de 39,7 à 75,9 x 7 à 25µm. La longueur parait très variable car elles possèdent ou non un très long pédicelle non cloisonné pouvant atteindre 150 µm

favolaschia calocera,espèce tropicale,cema,microscopie,jacques beck ceccaldi,robert cazenave,lormont,artiguelouve

            Acanthocytes : 43-70 x 7-11µm, cylindriques à base + ou – effilée, cellules couvertes sur toute la hauteur de diverticules (d’expansions + ou – épineuses) de 2 à 3,5µm. 

               Cloisons et Boucles : non observées.

favolaschia calocera,espèce tropicale,cema,microscopie,jacques beck ceccaldi,robert cazenave,lormont,artiguelouve 

                                                                                                                                                                                                                                                 Jacques Beck Ceccaldi                  -1 Selon J.Beck Ceccaldi&J. Boyer (3/11/2017) : « Cette espèce tropicale (pantropicale) invasive issue de Madagascar a été décrite en Nouvelle-Zélande, Australie, Hawaï, La Réunion, Mayotte, Tanzanie,  observée pour la première fois en Europe, en Italie (Gênes en 1999), puis en Espagne (Gijon, Asturies), Cornouailles (UK), Portugal (Braga), Suisse. En France, la première découverte a été faite par Robert Cazenave (AMB) dans le Béarn en 2015, puis à Lormont (Gironde) la même année par Jacques Beck-Ceccaldi. A ce jour, la récente découverte du Bois du Bouscat n’est que la 11° trouvaille sur le territoire national : en 2016 celle du bois de Pau, une nouvelle à Lormont, 6 ou 7 dans les Landes  (alentours de Bayonne et Capbreton) et enfin un récolte en 2017 à Hendaye. Les hypothèses quant à sa survenue en Europe, vont du réchauffement climatique, à la mondialisation, et à la redoutable capacité d’implantation de cette espèce dite envahissante  s’il s’avère qu’elle présente un danger pour nos espèces locales. »                                                                           

 *Pour l’Australie, la Nouvelle Zélande et l’Italie : Réf.  www.researchgate.net – jan.2017 – First record of Favolaschia calocera in Western Australia, RICHARD ROBINSON- Departement of Parks and widlife.

**Acanthocytes Du grec : άкανθα, akantha, acanthos = épines + cystis = cystides ↔ cystides épineuses.

 

Publicités

Une Lépiote haute en couleurs dédiée à Bresadola récoltée et étudiée par Jacques Beck Ceccaldi

 

Leucoagaricus bresadolae

(Schulzer) Bon

Ordre : Agaricales  Famille : Secotiaceae (ancienne tribu Lepiotaceae)

Ss.-famille : Leucocoprinoideae  Genre : Leucoagaricus  Section : Annulati

Lépiote de Bresadola

Dédié à Bresadola     

 

Leucoagaricus bresadolae  (Schulzer) Bon, jacques beck ceccaldi, CEMA, microscopie, Bresadola, Lormont

 Récolte : Du 19 septembre 2016. Après un mois d’août sans une goutte d’eau un orage a éclaté la première semaine de septembre (pendant 7 minutes) et aura été à la base de la poussée soudaine de cette espèce.

Substrat : espace très fortement anthropisé (processus de dégradation des sols par l’action de l’homme). Dépôt de tontes et feuilles, depuis de nombreuses années, rapportées de multiples parcs et jardins ou plates-bandes au bord des avenues de la ville sur le passage d’une canalisation de gaz traversant ce qu’il reste d’une ancienne zone boisée actuellement entourée d’un parc de stationnement et d’une immense salle de sport.

Mode de développement : poussées bien réparties sur deux semaines car protégées par :

  • une rangée de chênes certainement centenaires miraculeusement épargnés de la dégradation des environs
  • et bien cachés à la vue par une végétation basse rampante favorisées par l’épaisseur du« mulch ».

Macroscopie

Leucoagaricus bresadolae  (Schulzer) Bon, jacques beck ceccaldi, CEMA, microscopie, Bresadola, Lormont

Chapeau : 10 à 23 cm, tronconique et gris au début puis étalé jusqu’à plus de 20 cm. Squames concentriques grises à brun-roux sur fond blanc.  Lames : serrées, larges, libres (pseudo-collarium), blanches avant manipulation.  Stipe : 80-120 (150), cylindrique vite creux, blanc lisse au-dessus de l’anneau, fibrilleux en dessous et un peu bulbilleux fusiforme.

leucoagaricus bresadolae  (schulzer) bon,jacques beck ceccaldi,cema,microscopie,bresadola,lormont

Couleurs : toutes les parties, par la manipulation, passent d’un beau jaune orangé  au rouge puis au noir profond.  

Odeur : agréable (un peu miellée !) : Saveur : douce. Comestibilité : indigeste et sans intérêt culinaire.

Liste rouge des champignons menacés (ou menaçant) en France : R. Courtecuisse

Type  trophique : (relatif à la nutrition) Shu= saprotrophe humicole (sur humus ou litière).

Statut patrimonial : (Liste rouge pour la France : R. Courtecuisse)

 Alien = taxon allochtone pouvant éventuellement avoir un comportement invasif.

                             Microscopie:

leucoagaricus bresadolae  (schulzer) bon,jacques beck ceccaldi,cema,microscopie,bresadola,lormont

Basides : banales, tétrasporiques, absence de boucles,

leucoagaricus bresadolae  (schulzer) bon,jacques beck ceccaldi,cema,microscopie,bresadola,lormont

Sporée : blanche à crème très pâle.

*Basidiospores ou acrospores : ellipsoïdes, lisses, hyalines, dextrinoïdes, parois épaisses, forte réaction au réactif de Melzer, à pore germinatif pas si faciles, dans notre cas, à déterminer. Il s’agit d’observer une «* discontinuité structurale marquée ou ouverture circulaire perforant au moins une paroi ». Les points rouges sur la photo  permettent de mieux situer le pore alors que les points bleus au pôle opposé indiquent le hile ou ponctuation au point d’attache au stérigmate de la baside. Le rouge congo aura permis de voir le contenu granuleux des spores mais c’est simplement dans l’eau (sans aucun agent gonflant) que l’on parviendra à voir cette discontinuité dans l’épaisseur de la paroi interne à un pôle de la spore et que nous  pouvons obtenir les meilleures mesures de la longueur et de l’épaisseur de la spore, 9-12/ 6-8 µm.

leucoagaricus bresadolae  (schulzer) bon,jacques beck ceccaldi,cema,microscopie,bresadola,lormont

Cheilocystides : sur l’arête des lames et si nombreuses que les basides ne peuvent apparaître sur la marge. Courtement ventrues, 40-100/10-20 microns avec un bec court ou long jusqu’à 20-40

leucoagaricus bresadolae  (schulzer) bon,jacques beck ceccaldi,cema,microscopie,bresadola,lormont

Pleurocystides : inexistantes sur les faces des lames.

leucoagaricus bresadolae  (schulzer) bon,jacques beck ceccaldi,cema,microscopie,bresadola,lormont

Le revêtement du chapeau : squames apprimées formées d’hyphes irréguliers.

Boucles : inexistantes aux cloisons.

Etude de Jacques Beck Ceccaldi

  *d’après M. LOCQUIN     Mycologie générale – Masson 1984 p. 429 – 445

 

A propos d’une nouvelle pousse de Hohenbuehelia petaloides sur une pelouse de Lormont, les observations de Jacques Beck Ceccaldi

Dans une précédente note s’inscrivant dans une série d’études consacrées à des champignons venant sur BRF et prairies en Gironde, Jacques Beck Ceccaldi évoquait sous les angles macro et micoscopique le Pleurote pétaloïde. Après une nouvelle récolte, un mois après, de cette espèce il fait part ici de ses observations:

Printemps-été sur le BRF et incursions en prairies Lormont 33310 Fr  Août 2016 (suite)

        Espèce                                                         Auteurs                Hohenbuehelia petaloides  (Bull. :Fr.) Schulzer

Pleurote pétaloïde

    Ordre : Tricholomatales Famille : Pleurotaceae  Genre : Hohenbuehelia

Genre dédié à  Hohenbuehel      du grec : petalon = pétale, spatule.

 

Récolte : pelouse du petit parc entourant la Mairie de Lormont plus d’un mois après les précédentes récoltes de début juillet.

Substrat : herbe de la pelouse en bonne santé et bien entretenue, humidité du sol importante résultant de l’arrosage enterré fonctionnant à la nuit tombée pour échapper au soleil inondant la zone toute la journée. La pelouse composée de trèfle et différentes graminées fines est tondue assez haut.

Photo 1: bien protégées du soleil et cachées dans le trèfle il aura fallu, pour les photographier, couper aux ciseaux les abords immédiats des hohenbuehelia.Pleurote pétaloïde, Hohenbuehelia petaloides, Lormont, jacques beck ceccaldi, CEMAPhoto 2 et 3 : la forme est plus ou moins « spatulée » surtout lorsque les champignons  se découpent (se déchirent longitudinalement) ; ce qui semble une caractéristique de cette espèce sur cette station.

Les lames sont blanches sur le frais et décurrentes jusqu’au point de fixation sur le substrat tout comme la marge qui se retourne vers les lames sur le tard.

Pleurote pétaloïde, Hohenbuehelia petaloides, Lormont, jacques beck ceccaldi, CEMAPhoto 4 : les champignons sont simplement placés sur un plastique transparent pour les laisser sporuler toute une nuit. La pièce est fermée pour obtenir l’obscurité complète  (sans que ce soit une nécessité absolue) ; par contre la température de la pièce a été maintenue à 22° et l’absence du moindre courant d’air paraît être assurée.Pleurote pétaloïde, Hohenbuehelia petaloides, Lormont, jacques beck ceccaldi, CEMAPhoto 5 : La répartition, sur le plastique, de la sporée dépend surtout de la forme des champignons, de leurs éventuelles déchirures et certainement aussi de la place libre sous les taxons puisqu’ils sont simplement posés sur le plastique.Pleurote pétaloïde, Hohenbuehelia petaloides, Lormont, jacques beck ceccaldi, CEMALa photo est tirée en noir et blanc pour bénéficier des limites de la netteté. S’en suivent les agrandissements des photos 6 – 7 – 8.Pleurote pétaloïde, Hohenbuehelia petaloides, Lormont, jacques beck ceccaldi, CEMAJacques Beck Ceccaldi

Un hiver sur le BRF par Jacques Beck Ceccaldi

  Chargé des études mycologiques au CEMA, Jacques Beck Ceccaldi  présente ici un florilège de ses récoltes sur BRF (Bois Raméal Fragmenté) faites en Gironde, Bordeaux et environs de fin décembre 2015 à début avril 2016

         Espèces      Observations réalisées du … au …

Agaricus bisporus        29 01 2016   –   08 03 2016

Amanita citrina          06 02 2016   –   14 02 2016

Crepidotus cesatii          23 01 2016

Crucibulum  laeve           15 01 2016

Hebeloma crustuliniforme       30 12 2015   –   28 01 2016

Laccaria laccata          01 02 2016   –   14 02 2016

Lacrymaria lacrymabunda      04 01 2016

Pholiota lenta         24 12 2015   –   06 01 2016

Pholiota gummosa       08 01 2016   –   16 02 2016

Pholiotina teneroides     22 10 2015

Pluteus cervinus       26 12 2015   –   14 02 2016

Agrocybe rivulosa                  24 12 2015

Tapinella panuoides       12 01 2016   –   15 02 2016

 Agaricus bisporus  (J.E.Lange) Imbach    Champignon de Paris

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

                              Le très célèbre Champignon de Paris dans sa forme sauvage est beaucoup moins connu d’autant plus que sa niche écologique favorite se trouve en lisières des vieux cyprès ou des fourrés de Tamaris qui protègent les stations balnéaires de la côte atlantique et qu’il n’est pas rare de le rencontrer en front de dune blanche. Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir plusieurs exemplaires de l’Agaric bisporus dans un petit parterre arboré de plantes basses sous érables (Acerabulus), entourant une place devant une école primaire à Bordeaux rive droite. La terre est protégée par une bonne couche de BRF (Bois Raméal Fragmenté) appellation donnée aux résidus de broyage de branches destinés à protéger le sol et favoriser le développement de l’humus. Observations sur site du 26 01 ou 21 02 2016 puis revue de nouveau le 08 03. Lieu supportant un énorme facteur anthropique mais comment s’attendre à autre chose en plein centre-ville ?

Le passage en bleu fait référence au « Petit livre des champignons des dunes » de J.Guinberteau aux éditions confluences – Juillet 2011.

Chapeau : 5 à plus de 10 cm de diamètre, globuleux si jeune puis convexe, lisse et mat brun sale à surface se déchirant en squamules apprimées et concentriques. Chair : blanche, épaisse, devenant rouge vineux puis pâlissant. Odeur et saveur : douce de noisette. Lames : adnées à libres, étroites, rose clair puis brun pourpré à noir par les spores, arête entière. Stipe : 5-8 x 2-4 cm, cylindrique, plein, blanc et brunissant au toucher. Anneau blanc, ascendant, épais et double  à profil transversale triangulaire.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides bisporiques: à 1ou 2 stérigmates,  sans boucles, 20-25 x 7,5-8,5 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

 Sporée : brun pourpre foncé.  Spores : ellipsoïdes, à parois épaisses, 7-9,5 x 4,5-6,5 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Cellules de la marge : cylindriques, hyalines, 25-40×7-12 µm

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

(très jeunes elles sont globuleuses et soudées).  Pleurocystides : non observées.  

Amanita citrina   (Schaeff.) Pers.   Amanite citrine

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

                              A l’entrée d’un petit parc public, en centre-ville, un pin maritime a été planté il y a deux ans et la terre remplacée par un mélange à base de sable.

Chapeau : 3 à 10 cm, hémisphérique, jaune pâle avec des restes de voile blanchâtres à brunâtres. Lames : libres, blanches, arête entière. Stipe : 12 x 3 à 4 cm, cylindrique à bulbe marginé blanc à anneau blanc ou jaune pâle, membraneux. Chair : blanche ou jaune pâle et forte odeur de rave ou pomme de terre crue. Comestibilité : bien que faiblement ( ?) toxique il est déconseillé de le consommer.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides : tétrasporiques, peu clavées, sans boucles, 40 x 10 µm, stérigmates assez longs 3 à 4µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : blanche. Spores : subsphériques, lisses, 7,5-9,5 x 7,5-9 µm, hyalines.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

I+ (spores amyloïdes).

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Marge des lames portant de nombreuses cheilocystides clavées et caténulées.

Crepidotus cesatii  (Rabenh.) Sacc.    Crépidote à spores sphériques

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

 Chapeau : 0,5-2,5 cm, velouté, blanc. Lames : nettement espacées à reflets rosâtres.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Stipe : absent, un point d’insertion au substrat (branche de feuillus à terre) plus ou moins décentré.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : brun rougeâtre. Spores : subglobuleuses, épineuses, 6-8 x  5,5-7,5 µm. Seules les spores ont été observées ici. Cheilocystides : polymorphes, ramifiées, 22-50 x 7-12µm.

 Crucibulum laeve  (Huds.) Kambly    Crucibule lisse

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Vase profond blanchâtre à jaunâtre plus-haut que large 6(10)x 7 mm, clos par un épiphragme jaune puis blanc en s’ouvrant qui laisse apparaître une douzaine de péridioles lenticulaires ocres attachées par un funicule mince et court.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Ces péridioles contiennent des spores ellipsoïdes 7-10-3,5-5 µm. Courant toute l’année sur résidus ligneux.

Hebeloma crustuliniforme   (Bull. : Fr.) Quélet    Hébélome croûte de pain  (Hors BRF)

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Chapeau : 3 à 6 (10) cm, crème ocracé pâle, convexe puis élargi mamelonné. Visqueux si humide, marge lisse et incurvée. Chair crème à blanchâtre et forte odeur raphanoïde. Lames : émarginées, étroites, rose crème, exsudant des « larmes opalescentes » qui laissent des taches brunes en séchant. Stipe : 10 x 2,5 cm, cylindrique, creux et fragile sur le tard à feutrage blanc sur toute la longueur (caulocystides). Habitat : grégaires, isolés ou en rond de sorcière sous feuillus ou conifères (espèce mycorhizique). Courant toute l’année.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides : tétrasporiques, banales, bouclées, 30-40 x 8-10 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : ocre-brun. Spores : ellipsoïdes à + ou – en amande, 10-13×5-7 µm. Si finement verruqueuses que la définition de notre image ne peut mettre en évidence les protubérances verruqueuses.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Cheilocystides : présence si dense que la marge des lames est rendue stérile. Cylindriques, à peine renflée à l’apex, 30-70×5-11 µm. Pleurocystides : non observées.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Caulocystides sur tout le pied, cylindriques, peu capitées, 30 à 80 µm. (voire plus).

Laccaria laccata var. pallidofolia   (Peck) Peck   Laccaire laqué à lames pâles

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Chapeau : 2-4-8 cm, hémisphérique à convexe étalé et centre déprimé, hygrophane carné si humide et beige au sec, squameux au centre sur le tard, marge striolée. Chair : mince, blanc à rose. Lames : adnées émarginées, épaisses,  larges, arêtes entières. Stipe : 5 à 10 cm x 5 à 8 mm, cylindrique puis creux, striolé et fibrilleux. Habitat : grégaires ou cespiteux, photographiés ici sur plate-bande à sol protégé par du BRF sous pin parasol.

Basides : tétrasporiques bouclées,  30 x 10 – 15 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : blanche. Spores : globuleuses, épineuses, hyalines, 7-9  6,-8,5 µm. Cystides : absentes mais présence de cellules marginales cylindriques bouclées. Les cloisons des hyphes du revêtement du chapeau sont aussi bouclées.

Lacrymaria lacrymabunda  (Bull. : Fr.) Pat.   Psathyrelle larmoyante

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Chapeau : 3-8 (10) cm, convexe à aplani mais umboné, feutré à squameux brun rouille. Chair : brun olivacé, épaisse. Lames : adnées émarginées, brun gris à noires, arête blanche larmoyeuse tachée de noir en séchant. Stipe : 5-10 cm x 5-10 mm, cylindrique et floconneux chiné, roux mais poudré de blanc au-dessus d’une zone annulaire très fugace.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides : banales, clavées, tétrasporiques, bouclées, 20-30 x 8-10µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : noire. Spores : en amande ou ellipsoïdes suivant l’angle observé, verruqueuses et noires avec gros pore germinatif saillant, 8,5-10,5 x 5,5-6,5 µm. Cheilocystides : cylindriques capitées, 40-70 x 5-10 µm. Pleurocystides : non observées. Caulocystides : au-dessus de la zone annulaire et semblables aux cheilo.

 

Pholiota gummosa  (Lasch. : Fr.) Singer    Pholiote gommeuse

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Chapeau : hémisphérique puis convexe aplani, diamètre 2 à 5 cm, visqueux si humide, au sec blanc lavé de verdâtre orné de squamules apprimées plus ou moins visibles surtout si lavées par les pluies et large ornée des débris du voile secondaire (anneau sur le pied). Chair : blanchâtre. Odeur : nulle. Lames : décurrentes par une dent, arête ciliée blanche. Stipe : 3-6 x 3-7 cm, cylindrique plein puis creux sur le tard, zone annulaire fugace, floconneux squameux à base brun rouge.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides : petites et banales 20-25 x 6-8 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : brun rouge. Spores : ellipsoïdes lisses avec un pore germinatif visible, 6-8 x 3,5-4,5 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Cheilocystides : cylindriques sinueuses capitées, 30-50 x 4-9 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Les pleurocystides sont en fait des chrysocystides à inclusion + ou -jaunâtre dans le KOH bien que cette réaction ne soit pas toujours évidente. La réaction est par contre très évidente dans les espèces dont le contenu des cystides vire totalement en jaune et ne sont donc pas des chrysocystides.

Pholiota lenta   (Pers. : Fr.) Singer    Pholiote gluante

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Chapeau : hémisphérique à convexe étalé, ocre crème plus foncé au centre, diamètre 5 à 10 cm, squamules blanches à ocre engluées sur le chapeau après la pluie qui sèche très vite même au faible soleil de février où il devient mat et sec. Marge aigüe ornée de restes du voile. Chair : blanche. Odeur : douce de polypore.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Lames : mêlées de nombreuses lamelles et lamellules, blanches à brun rouille par les spores, décurrentes par une dent, arêtes blanches. Stipe : 3 à 9 x 0,5 à 1 cm, cylindrique plein, fibrilleux et squameux de blanc sous l’anneau mais poudré de blanc au-dessus et devenant brun plus foncé sur le tard.

Basides : banales, tétrasporées bouclées, 20-30 x 7-9 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : brun rouille. Spores : ellipsoïdales faiblement arquées, parois épaisses mais pas de pore germinatif, 6-8 x 3,5-4,5 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Cheilocystides lagéniformes, 40-65 x 10-15 µm très nombreuses sur la marge des lames.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Pleurocystides : semblables et tout aussi nombreuses mais bien que le contenu puisse se colorer totalement en jaune sous le KOH elles ne sont pas des chrysocystides et leur long rostre peut apparaître rouge foncé alors que le reste du contenu serait beaucoup plus clair.

Pholiotina teneroides   (Lge) Singer   Pholiotina délicate

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

                                          Genre Pholiotina appartenant aux Bolbiticeae. Elle est la seule Pholiotina à posséder des basides bisporiques.

Chapeau : diamètre 8 à 25 mm, hémisphérique puis étalé sur le tard, revêtement lisse mais ridulé, hygrophane, orange foncé si humide à ocre pâle par le centre au sec. Chair : ocre, mince. Odeur : nulle. Lames : adnées, jaune olive à arête blanche dentée. Stipe : rigide creux, 4 à 6 x 1,5-2,5 mm, cylindrique cassant, brun à anneau juponnant à face supère striée.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides : clavées, 16-20 x 8 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : brun rouge. Spores : ellipsoïdes, parois épaisses et pore germinatif tronqué, 14-17 x 5-7 µm. Cheilocystides : clavées, en forme de spatule, 25 à 35 µm, pédicellées 35 à 50 x 10 µm. Pleurocystides : non observées.

 Pluteus cervinus   (Schaeff.) P.Kumm.  Plutée couleur de cerf

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Chapeau : 5 à 15 cm, convexe aplati et umboné, lisse, soyeux et fibrilleux, ocre brun foncé à brun noir au centre. Marge : aiguë. Chair : blanche. Odeur : radis. Lames : libres, blanches si jeunes et roses par la suite, arête blanche. Stipe : plein, cylindrique, fibreux, 5-15 x 0,7 à 2-3 cm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Cuticule : articles terminaux émergents très longs, jusqu’à 250 µm (trichoderme). Dans cette espèce aucun article des hyphes n’est bouclé.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides : ventrues, tétrasporiques, sans boucle, 25-35  8-10 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : ocre à rosâtre. Spores : elliptiques larges, lisses, 6-9 x 4,5-6,5 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Cheilocystides : fortement clavées, 25-45 x 10-25 µm, mêlées  ou pas de cystides à crochets semblables aux pleurocystides et de dimensions à peine plus courtes 30-60 x 10-20 µm. . Pleurocystides : 2 à 4 crochets (parfois un seul ou 5), parois épaisses, + ou – ventrues jusqu’ à 90 x 15-20 µm.

Agrocybe rivulosa Nauta

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

NDLR- Cette espèce avait suscité (précédente mise en ligne) quelques recherches vers les strophaires et tricholomes mais sans concordances avec les dimensions macroscopiques et analyse des principaux éléments microscopiques (voir basides tétrasporiques, spores avec pore germinatif, cystides seulement faciales et sans réactions au KOH).

Deux posts sur Facebook (« CEMA » et « Champignons: au gré de nos pas ») nous ont bien aidé à nous mettre sur la voie d’un Agrocybe et particulièrement  A. rivulosa Nauta. Merci à Linda Wieinui Tarahu et à Pierre-Arthur Moreau. Ce dernier commentait ainsi notre avis de recherche facebookien pour ce « sans nom » d’alors: « on dirait bien Agrocybe rivulosa mal développé » et à la question d’une internaute « connaissez-vous les essences qui composent le BRF » (qui suivait) PAM ajoutait: si c’est bien Agrocybe rivulosa je parierais pour du peuplier ». Dans le Guide des Champignons de France et d’Europe, Régis Courtecuisse  (n°1298 note que « A. rivulosa … connaitune expansion fulgurante en Europe (paillis, composts ou débris ligneux des parterre et parcs urbains) ».

Chapeau : diamètre 5-10 cm, ocre brun lisse et mat (centre bosselé – 2 – ), convexe, marge aiguë. Lames : émarginées, nombreuses lamelles et lamellules (4), blanches puis grises à arête blanche mais colorée de brun roux par les spores. Chair : épaisse et blanche. Odeur : sans. Stipe : 6 à 12 x 2 à 3 cm (4 cm à la base couverte de nombreux cordons mycéliens blancs- 3 -), cylindrique vite creux (6) mais très dense, blanc fibreux coloré par les spores. Anneau : membraneux (5), supère et rapide à disparaître.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Basides : banales évasées, tétrasporiques, 25-30 x 8-9 µm.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Sporée : rouille. Spores : 8-10(12) x 6-7 µm. sans tenir compte des spores les plus petites et les plus grandes, amygdaliformes. Parois épaisses avec pore germinatif très net.

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Cystides : uniquement faciales, pleurocystides très ventrues à rostre court ou allongé, sans réactions au KOH, 30-60 (70) x 15-25 µm.

 Saison et lieu : première semaine de mars 2016. Lormont (La Buttinière) – Gironde. Ecologie : au bord d’un chemin en forêt (plutôt ce qu’il reste de la forêt !) sur sol couvert d’une épaisse couche de bois fragmenté (feuillus) et résidus de tonte envahis par Galium aparine (Rubiacées) le Gaillet grateron (plante qui s’accroche à tout ce qu’elle rencontre dans le besoin de s’élever vers la lumière). En raison de sa localisation cet endroit supporte un énorme facteur anthropique.

Tapinella panuoides   (Fr. : Fr.) E.-J. Gilbert   Paxille faux panus

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Chapeau : 3 à 8-10 cm, ocre crème, lobé et feutré. Chair : insignifiante. Lames : jaunes, flexueuses, anastomosées mais facilement détachables. Odeur : fruitée ! Ecologie et situation : Apparus en grand nombre sur BRF autour de la mairie de Lormont (Gironde)  pendant plus d’un mois (du 12 01 2016 au 15 02 2016).

jacques beck ceccaldi,cema,brf,bois raméal fragmenté,gironde,bordeaux,lormont,agaricus bisporus,amanita citrina,crepidotus cesatii,crucibulum laeve,hebeloma crustuliniforme,laccaria laccata,lacrymaria lacrymabunda,pholiota lenta,pholiota gummosa,pholiotina teneroides,pluteus cervinus,tapinella panuoides

Spores : + ou – ovoïdes 4-6 x 3-4 µm.

Reportage mycologique

Jacques Beck Ceccaldi

 

Printemps à deux temps à Lormont (33)

Agrocybe-cylindrica-CEMA-1.jpg

De très loin mais vraiment de très loin, au pied d’un reste de tronc biseauté de peuplier, on pensait à un bolet… Hors de saison? Que non. Le marron du chapeau était, de près cette fois, ce deuxième jour de printemps, celui très appétissant de l’Agrocybe cylindrica . Localement Souchette et par ailleurs excellent comestible en ne gardant que le chapeau des exemplaires jeunes.

Agrocybe-cylindrica-CEMA-2.jpg

Autre espèce printanière rencontrée le même jour à Lormont, que l’on évitera de consommer: l’Helvelle petite moînesse Helvella monachella ne partageant pas le même biotope et venant sur terre nue. Ici en bord de chemin bien enherbé.

Helvella-monachella-CEMA.jpg

Myco DB Helvella monachella

Myco DB Agrocybe cylindrica

Pisolithus arhizus: premières pierres à l’édifice mycorhizien

Pisolithus-arhizus-1Pisolite ou pisolithe: « pierre qui semble composée d’un amas de petits corps globuleux de la grosseur d’un pois»*. Arhizus: « sans racine ».
L’étymologie caractérise bien cette espèce qui enferme, dans sa partie globuleuse une foule d’alvéoles à cloisons stériles.

Pisolithus-arhizus-2Ces logettes étagées vont évoluer au fil de la maturité et libérer au sommet une sporée pulvérulente. A la coupe, sur les plus jeunes exemplaires, on observe bien les zones concentriques bien différenciées de bas en haut et des péridioles extractibles. Extérieurement elle a l’allure d’un Lycoperdon qui serait mi-enterré avec un stipe turbiné plus ou moins allongé. La gleba odorante et tinctoriale (syn. P. tinctorius) est en revanche privée de capillitium.

Pisolithus-arhizus-3Le mycélium jaunâtre se remarque à la base. Son autre synonyme, P. arenarius plante le décor du biotope, essentiellement des sols à forte phase sableuse à substrat pauvre. Des auteurs (voir biblio) le décrivent souvent sous pins.

Pisolithus-arhizus-4Notre récolte (leg et photos Jacques Beck Ceccaldi) qui illustre cette note a été effectuée à Lormont, dans un parc, sous cèdre. Nous nous souvenons d’une visite exploratoire du CEMA, dans une forêt d’arrière dune à Soulac-sur-Mer, au cours de laquelle, en compagnie de Jacques Guinberteau nous avions rencontré cette espèce. Jacques soulignait alors le caractère « espèce pionnière » de P. arhizus. Les premières pierres à l’édifice mycorhizien en quelque sorte.
Un précurseur que ce pisolithe mais aussi invasif ou plutôt colonisateur . Jacques Beck Ceccaldi, dans un article publié le 12/06/2009 ** , évoquait une récolte australienne de l’année précédente. MycoDB, dans la fiche consacrée au Pisolithe, note: « Probablement introduit en Europe depuis l’Australasie avec l’Eucalyptus, son aire d’invasion s’étend régulièrement vers le nord (il a atteint l’Irlande en 1985) »
gastero.pisolithus-arrhizusDe Lormont jusqu’à l’Irlande? Les ballades irlandaises sont réputées!

Biblio:
Courtecuisse n° 1724
Bon page 302
Marchand tome 2 n° 183 page 174
Borgarino&Hurtado page 116
Phillips page 251
Montegut tome 1 page 166
MycoDB: fiche.php?genre=Pisolithus&espece=arrhizus&numphoto=8&source=search&filter=&numfiche=0
* pisolithe
** les-envahisseurs-champignons-venus-d-ailleurs.html

Le CEMA côté sciences, une balade à Lormont avec Cap Sciences

« Vous avez dit champignons? » était le thème de la balade proposée par Côté Sciences/Cap Sciences ce dimanche 27 octobre. Jacques Beck Ceccaldi, Jacques Boyer, Michel Pujol et Jean-Christophe Blanchard, du CEMA, l’animaient. Le groupe des participants était  conduit par Alexandre Nadaud et Alexia Sonnois, de Cap Sciences, autour du château des Iris et dans le Parc de l’Ermitage à Lormont (33).

Côté sciences, Cap Sciences, CEMA, balade scientifique, Lormont, château des Iris, Parc de l'Ermitage, Alexandre Nadaud, Alexia Sonnois, Jean-Christophe Blanchard, Jacques Beck Ceccaldi, Jacques Boyer, Michel Pujol, entoloma incanum, lepiota bruneoincarnata

La première station en zone d’accumulation de feuilles et autres  déchets végétaux permettait d’observer une prolifération de Clathres en cage (Clathrus ruber).  Véritables colonisateurs de ces biotopes, ils s’installent également, comme il était vérifié plus loin, sur les tapis de bois raméal fragmenté (BRF) destinés à garder de l’humidité au pied des arbres.

côté sciences,cap sciences,cema,balade scientifique,lormont,château des iris,parc de l'ermitage,alexandre nadaud,alexia sonnois,jean-christophe blanchard,jacques beck ceccaldi,jacques boyer,michel pujol,entoloma incanum,lepiota bruneoincarnata

 Reconnaître les champignons en utilisant des applications sur tablettes? Une démarche expérimentée dimanche. Les néophytes durent apprendre plusieurs termes précis de mycologie avant d’arriver, par exemple, au genre Agaricus sans toutefois atteindre l’espèce réelle parce que celle rencontrée n’était pas très courante. Ces applications ont le mérite d’obliger l’utilisateur à bien observer tous les caractères macroscopiques d’un champignon à identifier et ainsi d’inciter à un examen logique et rigoureux.

côté sciences,cap sciences,cema,balade scientifique,lormont,château des iris,parc de l'ermitage,alexandre nadaud,alexia sonnois,jean-christophe blanchard,jacques beck ceccaldi,jacques boyer,michel pujol,entoloma incanum,lepiota bruneoincarnata

Il est indispensable en effet de reconnaître ceux qui tuent. Avant de commencer la visite, nous avions fait examiner au groupe quelques Amanites phalloïdes récoltées deux jours avant dans la périphérie de Bordeaux. Dimanche, ont été observées, dans la partie haute du parc de l’Ermitage, quelques petites Lépiotes très toxiques parmi lesquelles ces Lépiotes brun-rose (Lepiota brunneoincarnata). Mortelles.

côté sciences,cap sciences,cema,balade scientifique,lormont,château des iris,parc de l'ermitage,alexandre nadaud,alexia sonnois,jean-christophe blanchard,jacques beck ceccaldi,jacques boyer,michel pujol,entoloma incanum,lepiota bruneoincarnata

 Le petit Entolome à pied vert (Entoloma incanum) qui est scruté ci-dessus (grossi énormément dans notre montage), « tellement typique qu’il est difficile à confondre »* est lui classé dans les sans intérêt ou indigeste mais qu’il soit permis de le manger des yeux…

M.P.

*Le guide des champignons France et Europe Eyssartier & Roux p.626