Archives du mot-clé mycologie

Etudes mycologiques: Deconica xeroderma un must du mulch

Les apports de BRF permettent à certaines espèces de se développer. Ce substrat nourricier concentre en effet nutriments et humidité qui sont loin de leur déplaire. Focus sur Deconica xeroderma par Jacques Beck Ceccaldi chargé des études mycologiques au CEMA. 

deconica-xeroderma-sur-BRF-.jpg

Famille Strophariaceae – Genre Deconica

new combinations

Deconica xeroderma (Huijsman) Noordeloos

Psilocybe s. lat. = Psilocybe physaloïdes ss. auct. p.p.

 Synonymes légitimes

Psilocybe xeroderma Huijsman, Persoonia

Psilocybe alpestris Singer

Les récents travaux en biologie moléculaire et phylogénie ont permis de reclasser les Psilocybes non-hallucinogènes dans l’ancien genre Deconica. 18 nouvelles combinaisons sont présentes dans le genre Deconica pour la monographie européenne des Strophariaceae.

Réf. : The genus Deconica (W.G.Sm.) P. Karst. In Europe – new-combinations.

Machiel. E. Noordeloos, National Herbarium of the Nederland – 2009

 Nous remercions vivement Pierre Arthur Moreau, Université-Lille 2, d’avoir bien voulu nous communiquer les renseignements et références nécessaires à la compréhension de cette étude. 

                  Description macroscopique

 Chapeau : 10 à 20 mm, convexe à plat, hygrophane, jaunâtre si sec à brun clair à très foncé sur le tard (peut-être dû au gel) poudré de blanc puis coloré par les spores.

Marge : courtement striée, aiguë. Chair : très mince. Odeur : nulle.

Lames : brun clair devenant brunes, larges, adnées à décurrentes par une dent et marge blanche. Stipe : 20 à 40 mm, plein mais devenant creux, concolore au chapeau puis très foncé, poudré au sommet seulement. Base blanche abondamment fournie de filaments mycéliens.

Époque : fin d’automne. Substrat  et habitat : sur bois raméal fragmenté (BRF/mulch Douglas)  en grand nombre, isolées ou groupées et même fasciculées (saprotrophes sur débris ligneux pour cette récolte), dans les plates-bandes de graminées ou diverses plantes à fleurs d’un parc de Mérignac (Gironde).

deconica-xeroderma-micro.jpg

           Description microscopique

Basides : banales, tétrasporiques, non clavées. Boucles : présentes dans tous les tissus.

Sporée : brun très foncé (à noir).

Spores : lisses, parois épaisses, fusoïdes oblongues mais + ou – mitriformes en vues frontales, pore germinatif centré et appendice hilaire distinct. 6,2-7,3 x 4-5,3 µm.

Cheilocystides : ventrues et becquées, 37x 15 µm.

Pleurocystides : non observées.

Caulocystides : présentes (littérature) au sommet du pied seulement (non observées).

        Remarques

BRF employé : il s’agit de « mulch » obtenu à partir de pin Douglas  épandu sur le site sur une épaisseur d’une dizaine de centimètres.

Aucune des études actuelles ne fait allusion aux éventuelles menaces qui pourraient survenir avec l’utilisation, intensive ou pas, de BRF en provenance d’autres régions ou même de pays étrangers….apparitions d’espèces allochtones possiblement invasives.

L’espèce découverte et décrite ici n’est pas du tout considérée potentiellement invasive et possède le type trophique Shu (saprotrophe humicole sur humus litière comprise).

Dans le référentiel national de Régis Courtecuisse, son Statut patrimonial est indiqué Vu (Vulnérable).

Le pouvoir nutritif du BRF est très rapidement épuisé par le nombre important de sporophores apparus et sa propre décomposition. Dans ce cas il serait illusoire de voir réapparaître cette espèce sur la station. Toutefois un suivi des observations dans le futur serait à assurer.  

Etude de Jacques Beck Ceccaldi           

 

Publicités

Rencontres pyrénéennes AMB/SMB/CEMA/SNNAA

C’est à Campan (Payolle et Mourgoueilh) que Girondins et Lot-et-garonnais du CEMA, Bigourdans et Béarnais ont renoué avec la maintenant traditionnelle sortie  sur les « terres » des amis de l’Association Mycologique de Bigorre

1991227979

Le premier week end de septembre, le point de rendez-vous avait été fixé à Sainte-Marie-de-Campan. De là, les mycologues des trois associations accueillis convivialement par « l’équipe » de Robert Cazenave sont descendus le samedi au bois du Mourgoueilh et à Courade et montés le dimanche à Payolle.

147166563

Ambiance de partages autour d’une passion pour le rêgne fongique qui, montagne aidant, avait daigné montrer quelques uns de ses atouts (atours?) au grand jour. 

En témoignent les listes qui suivent des espèces récoltées:

1401726678

Bois de MOURGOUEILH le 01/09/12         69 espèces

Amanita rubescens, Amylostereum chailletii, Ascocoryne sarcoides, Bolbitius vitellinus, Bondarzewia mesenterica (=  Bondarzewia Montana),      

Calocera cornea, Calocera viscosa,  Cantharellus cibarius var.amethysteus,  Chlorencoelia versiformis, Collybia butyracea,  Collybia confluens,  Coprinus micaceus,  Coprinus xanthothrix,

Dacrymyces stillatus, Daedaleopsis confragosa,  Diatrype bullata, Diatrype decorticata,        

Fuscoporia ferruginosa (= Phellinus ferruginosus), Ganoderma carnosum,   

Ganoderma lipsiense (=Ganoderma applanatum),  Hydnum repandum fo.rufescens,                     

Hymenochaete corrugata,  Hymenochaete tabacina , Hypoxylon fragiforme,     

Ischnoderma benzoinum, Laccaria bicolor, Lactarius volemus, Laeticorticium roseum (=Corticium roseum), Laxitextum bicolor,  Lenzites betulinus,  Lycoperdon perlatum,                 

Marasmius alliaceus, Marasmius rotula,  Megacollybia platyphylla,  Meripilus giganteus,  Micromphale perforans,  Mycena abramsii,  Mycena crocata,      

Mycena galericulata,  Nectria episphaeria,  Neobulgaria pura,  Oudemansiella radicata,                    

Phaeocollybia lugubris,  Phallus impudicus,  Phellinus hartigii,  Pleurotus ostreatus, Pluteus fayodii ,  Polyporus ciliatus,  Polyporus melanopus,  Pycnoporus cinnabarinus,  Resupinatus trichotis,  Russula fageticola,  Russula fellea,  Russula ochroleuca,  Russula olivacea,               

Schizophyllum commune ,  Steccherinum fimbriatum,  Stereum ochraceoflavum, 

Stereum rugosum (=Haematostereum rugosum),  Stereum sanguinolentum (=Haematostereum sanguinolentum) , Trametes hirsute, Trametes versicolor,

Trichaptum abietinum,     Trichaptum biforme, Tubaria conspersa , Tylopilus felleus,   Volvariella hypopitys,  Xerocomus chrysenteron,  Xerocomus pruinatus.

 PAYOLLE le 02/09/12  24 espèces

Amanita pantherina,  Amanita rubescens,  Armillaria mellea,  Armillaria ostoyae, Boletus erythropus,  Cantharellus cibarius var.amethysteus, Clitocybe nebularis, Clitocybe odora,  Clitopilus prunulus,  Hypholoma fasciculare, 

 Laccaria amethystina,  Macrocystidia cucumis,  Macrolepiota procera var.fuliginosa (=Macrolepiota fuliginosa), Mycena rosea, Oudemansiella radicata, Oudemansiella radicata var.marginata, Panaeolus sphinctrinus, Phallus impudicus, Pluteus cervinus,              

Russula integra,  Scleroderma citrinum,  Stropharia aeruginosa,  Xerocomus badius,  Xerocomus chrysenteron.

 

Fête de la science: le CEMA avec Côté sciences

fête de la science,cema,côté sciences,cap sciences,mycologie,balade scientifique,alexandre nadaud,jacques guinberteau,jacques beck ceccaldi,jean andré camy,jean-christophe blanchard,michel pujol,clarisse francLe CEMA a fait l’ouverture de la Fête de la science ce mercredi 10 octobre 2012 au Domaine de La Burthe à Floirac avec Côté sciences par une balade scientifique ayant pour sujets … les champignons. Jacques Guimberteau, Jacques Beck Ceccaldi, Jean André Camy, Jean-Christophe Blanchard et Michel Pujol ont été les guides mycologiques d’un après-midi découverte et partage à la rencontre du monde fongique en compagnie de Clarisse Franc et d’Alexandre Nadaud de Cap Sciences. 

La-Burthe-2.jpg

Les champignons bien que capricieux parfois et qui sèchent les cours prévus de longue date se sont prêtés à la leçon de choses tout émoustillés par de récentes pluies. Les espèces saprotrophes habitaient les feuilles, celles symbiotiques le pied des arbres et les parasites carrément leurs troncs. Rien que de très normal et d’intéressant à révéler aux promeneurs attentifs qui entendirent quelques noms latins certains plus rares (mycologiquement s’entend) que les autres.

fête de la science,cema,côté sciences,cap sciences,mycologie,balade scientifique,alexandre nadaud,jacques guinberteau,jacques beck ceccaldi,jean andré camy,jean-christophe blanchard,michel pujol,clarisse franc

Sans pour autant être exhaustif citons: Collybia dryophila, C. aquosa, Marasmius oreades, M. confluens, Marasmiellus candidus (en quantité sur les branchettes), Clitopilus prunulus, Volvariella murinella, Lepiota pseudofelina, L. subincarnata, L. cristata, Pluteus luteovirens, P. cervinus, P. salicinus, P. murinus, Fistulina hepatica, Laetiporus sulphureus, Hirneola auricula-judae, Agaricus osecanus, A. bresadolanus, A. moelleri, Leucoagaricus leucothites, Cortinarius infractus, Ganoderna lucidum, G. aspersum, Artomyces pyxidatus, Agrocybe erebia, Simocybe geraniolens, Morganella pyriforme, Amanita ovoidea 

fête de la science,cema,côté sciences,cap sciences,mycologie,balade scientifique,alexandre nadaud,jacques guinberteau,jacques beck ceccaldi,jean andré camy,jean-christophe blanchard,michel pujol,clarisse franc

Tout ce beau monde eut droit à des présentations détaillées et regardé à la loupe quand un petit sujet présentait un gros intérêt. 

La-Burthe-3.jpg

Patrimoine : quand la mycoflore joue à cache-cache

 1723477162

Lors des journées Européennes du Patrimoine, dimanche 16 septembre 2012, la Ville de Mérignac avait demandé au CEMA d’animer une visite du bois du Burck sur le thème des champignons. Dans l’inventaire, en cours, de la mycoflore des  parcs urbains, la nature en ville apparaît en effet dans toute sa richesse et sa diversité. Le caractère bio-indicateur des espèces observées témoigne aussi de la qualité des milieux.

Les jours qui précédaient cette visite (guidée et commentée par Jacques Boyer, Sylvie Cantin, Jacques Beck Ceccaldi, Yves Mortureux, Jean André Camy du CEMA et Carole Tison du service des espaces verts) n’avaient pas brillé par l’abondance de pluies. Bien au contraire. Aussi les mycéliums avaient peu fructifié ce qui n’a pas empêché les échanges avec un public très intéressé par le monde fongique. Récit (du vécu !) par Jean André Camy l’un des intervenants du Cercle d’Etudes Mycologiques en Aquitaine :

Pousses et leçon de choses

La presse l’avait signalé et des dépliants avaient été édités par la mairie de Mérignac. Promeneurs, joggeurs ou autres personnes attirés par la bannière placée près du portique de l’entrée du Bois du Burck, rue du Colonel Raynal, étaient rassemblés à l’heure prévue. Persuadé que je connaissais l’endroit, je m’étais présenté à l’entrée opposée, côte stade et Pompiers. Bref! vingt minutes de retard. Jacques Boyer était là, face au public, derrière une table où quelques agarics à la queue coupée étaient étalés à coté d’une cagette de Cèpes venus d’ailleurs, « cueillis » dans un supermarché, ce qui prouve qu’il existe quelque part dans le monde des conditions de poussée bien meilleures que chez nous… On l’aura compris, les conditions de pousse avaient incité à se munir hors place d’objets adéquats pour la leçon de choses.

1392476827

Avec dans sa main un de ces agarics, communément appelés champignons de couche (ou de Paris), amputé de sa base, il montrait à l’assistance ce qu’en mycologie il ne faut jamais faire…. Et d’expliquer à l’entourage que c’est en règle générale se priver d’éléments précieux pour en déterminer l’espèce que de ne pas cueillir un champignon dans son entier.

De fil en aiguille, la curiosité du public étant éveillée, de nombreuses questions furent posées qui trouvèrent réponse auprès de Jacques Boyer et J. Beck Ceccaldi. A propos du matériel nécessaire au cueilleur mycologue, grand fut l’étonnement de certains à la vue d’une scie pliable, d’un ciseau à bois et d’un marteau, très utiles pour le prélèvement des champignons que l’on trouve sur les bois (croûtes et autres lignicoles).

Lors de la recherche sur le terrain deux groupes avaient été formés.

La liste des trouvailles était, en ces temps de sécheresse, plutôt réduite. Tout d’abord, un petit champignon, en forme de poire, accroché au tronc d’un gros arbre par un pied grêle, Il s’agissait vraisemblablement de la Vesse de loup piriforme et Jacques Beck Ceccaldi montrait aux suiveurs très attentifs comment obtenir un nuage de spores en pressant simplement sur sa partie bombée.

168583163

 Plus loin, alors que le groupe en terminait avec la prospection, nous remarquions un curieux amas rosâtre niché entre deux racines d’un chêne. Extrait délicatement de son habitat par votre serviteur, il s’avérait que nous étions en présence d’une Fistuline hépatique (Fistulina hepatica) ou Langue de bœuf prestement autopsiée à l’Opinel.

Si le patrimoine mycologique apparent était réduit par grand soleil, chacune et chacun repartait avec au moins un des cèpes de la cagette –souvenirs de cette rencontre-  distribués par Carole Tison.

 Jean André Camy

 

 

 

Au cœur de l’Auvergne, des forêts plantées de … champignons et d’épicéas

700647332

Plantées de champignons ? Façon de parler pour dire notre plaisir. Ces bois autour de La Chapelle-Geneste nous les avons parcourus  avec gourmandise depuis notre gîte du Bois de Chelles * du 2 au 11 octobre 2010. Christian Hurtado ** notre hôte et guide parfait regrettait que la pousse soit, à ce moment là, moins importante que d’habitude mais les Girondins ont trouvé  qu’ils gagnaient largement au change, loin de leur base, à sept kilomètres de la Chaise-Dieu. Un festival de petite musique mycologique.

 * http://www.boisdechelles.com/

  • ** Le Guide des CHAMPIGNONS de Didier Borgarino et Christian Hurtado éditions Edisud

 1238749092

Nous sommes dans le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez dans le petit bourg de La Chapelle Geneste à 1000 mètres d’altitude, en Haute-Loire à la limite du Puy de Dôme. De là plusieurs sites sont offerts à la convoitise des mycologues, des récolteurs de champignons  aussi puisque de nombreux panneaux indiquent l’existence de lieux d’achats de cèpes. Les propriétaires se sont regroupés côté Puy de Dôme qui obligent les ramasseurs de cèpes à prendre une carte, payante bien sûr, pour aller sur leurs terres sous certaines conditions.

1382073761

Notre démarche n’était pas la chasse au cèpe. Dire que nous n’en avons pas mangé serait mentir mais outre les edulis et autres pinophilus le petit groupe de touristes mycologues du CEMA s’est régalé d’observer de nombreuses espèces dans les immenses sous-bois  d’épicéas  souvent tapissés de mousse.

 1745133934

Prés, tourbières et autres biotopes ont été  aussi  prospectés et quand le guide (merci Christian !) est un mycologue affûté, chaleureux, très familier des lieux, champignon rime avec partage de passion.

On trouvera ici une liste non exhaustive et quelques photos de Jacques Boyer et Michel Pujol  mises en perspective par Jacques Beck Ceccaldi sous l’œil vigilant d’Yves Mortureux.

  Aperçu des espèces observées

1256950715

512618694

Albatrellus confluens 

1964022644

 2031129619

2036688617

Agaricus essettei, A. albertii = A. macrosporus, A. sylvaticus

Albatrellus pescaprae, A. subrubescens, A. confluens

Amanita betulae, A. muscaria f. fulvovolvata, A. vaginata, A. citrina, A. rubescens

Armilaria ostoyae, A. mellea

 1980577351

 925316587

178268995

 Boletus pinophilus

Bankera violascens

Boletopsis grisea

Boletus subapendiculatus, B. calopus, B. edulis, B. pinophilus, B. betulae sp, B. erythropus

1691720022

1280352575

 793545671

Cortinarius orellanus

48321848

555997551

Chalciporus piperatus,

Calocera cornea, C. viscosa

Chrysomphalina chrysophyllum = Gerronema c.

Clitocybe vibecina, C. dealbata, C. giba

Clitopilus prunulus

Cortinarius orellanus, C. pheniceus, C. varius, C. cotoneus, C. claricolor, C. actipus, C. azureovelatus, C. alboviolaceus, C. turmalis f. variicolor, C. sanguineus, C. semisanguineus, C. cinamomeus, C. cinamomeoluteus

Cystoderma carcharias, C. amianthinum

 1276777305

889487334

Ditiola pezizaeformis = Femsjonia p.Entoloma nidorosum, E. conferendum, E. rhodopolium

 747174100

1832173631

Fomitopsis  pinicola

1334480112

814240616

1046132056

Geronema chrysophyllum

Gomphidus glutinosus

Gomphus clavatus

Gymnopilus hybridus, G. liquiritiae

Gyromitra infula

 503842312

Hebeloma radicosum

Hydnum repandum, H. rufescens

Hygrophorus agathosmus

 1792792574

Inocybe calamistrata, I. geophylla, I. geophylla var. lilacina, I. fastigiata f. major

 151475405

522493723

1355365698

390906900

1138366201

1016807565

1446388182

1834890383

2092568189

16860750

Laccaria bicolor, L. amethystina, L. tortilis 

Lactarius vellereus, L. salmonicolor, L. trivialis, L. glyciosmus, L. aurantiofulvus, L. helvus, L. croceus, L. flexuosus, L. vietus, L. torminosus, L. pubescens, L. deterrimus, L. uvidus, L. volemus, L. plombeus, L. blenius

Lasiochlaena benzoina

Leccinum variicolor, L. aurantiacum

Lepiota ventriosospora, L. clypeolaria, L. ochraceosulfurescens

  1. Lepistanuda,

Limacella illignata

Lycoperdon umbrinum

Lyophyllum conatum

Macrolepiota rhacodes, M. procera

Melanoleuca cognata

Mycena zephyrus, M. pura, M. flavoalba, M. amara

 1646334804

437298120

1403723021

1523906018

Paxillus involutus , P. filamentosus, P. atratomentosus, P. panuoides

Peziza badia

Phaeocollybia  lugubris

Phellodon tomentosus

Pholiota limonella, P. apicrea, P. gummosa, P. astragalina

Pluteus cervinus

Pseudohydnum gelatinosum

Psilocybe semilanceata

Pycnoporellus fulgens

 886589061

1783817758

Ramaria pallida, R. largentii

Russula mustelina, R. claroflava, R. ochroleuca, R. integra, R. xerampelina, R. pseudoraoultii, R. felea

 50555621

217709228

1828384317

727356653

1849685150

371871642

Sarcodon squamosum

Spatularia flavida

Stropharia aeruginosa, S. caerulea

Suillus luteus, S. grevillei, S. flavidus, S. variegatus

 739307383

994222479

480875062

1733664748

306145182 (1)

1271133846

1104604302

Thelephora anthocephala

Tricholoma pseudonictitans, T. colombeta, T. saponaceum, T. saponaceum var. squamosus, T. terreum sp, T. sulfureus, T. sulfureus var. bufonium, T. apium, T. virgatum, T. imbricatum, T. vaccinum

Tricholomopsis decora, T. rutilans

Xerocomus chrysenteron, X. badius, X. ferrugineus f. citrinovirens = spadiceus luteovirens

Xylaria polymorpha

510071764

 

Quelques jours de partage en Gironde avec l’ami Pirot

le-cema-sur-le-terrain-avec.jpg tout-petit-agrocybe-dans-le.jpg

Invité du CEMA du 6 au 10 mai 2009, Paul Pirot,  grand spécialiste Belge, a partagé en toute convivialité,  les terrains de « chasse » de ses amis Girondins et a donné, le samedi après-midi à la Maison des associations de Mérignac une conférence sur les champignons de Madagascar . Jacques Beck Ceccaldi, chargé des études mycologiques au CEMA, devait y évoquer, pour sa part, les champignons d’Australie.
Les conférenciers ont suscité l’intérêt et surtout les questions d’un public le plus souvent averti. Les diaporamas projetés ont invité à la découverte d’espèces « si semblables et si différentes » comme l’indiquait l’intitulé de la présentation du mycologue belgo-malgache. En fait cet ancien professeur de lettres classiques, qui vit à Neufchâteau dans les Ardennes belges et fréquente de nombreux rendez-vous mycologiques français et étrangers, devait s’envoler le vendredi 22 mai pour aller passer une dizaine de jours dans la grande île et concourir à de nombreuses actions de solidarité qu’il y a engagées.

cema-017.jpg phellin-sur-chene-liege.jpg agrocybe-praecox.jpg

Son cédérom « Des champignons toute l’année » est un classique. Il y décrit plus de 1000 espèces de manière à la fois simple et pointue et il est aussi un des guides des Mycologiades de Bellême  où notre petit groupe de girondins à l’origine de la création du CEMA l’a particulièrement apprécié. Le jeu consistait à pénétrer dans ces magnifiques hêtraies et chênaies quadrillées par l’ONF et cheminer d’un champignon l’autre et s’arrêter jusqu’à ce que tout soit dit et bien dit sur l’espèce rencontrée. A quoi ça ressemble ? Ça vous rappelle quoi ? Ça sent à quoi ? Couleur du chapeau ? Forme des lames ? Grosseur des tubes ? Petit à petit l’étau se resserrait et la détermination apparaissait en œuvre collective.

Peu d’espèces mais précoces pour le visiteur

Le joli mois de mai n’est pas l’octobre des hêtraies de l’Orne et il ne fallait pas s’attendre, même dans les domaines privés de haut médoc où nous avons été très amicalement accueillis le jeudi 7 mai, à foultitude d’espèces. Néanmoins l’ami Pirot, notre guide accoucheur découvreur,  a, comme à Bellême,  pris tout le temps pour aider à apprendre, comprendre pourquoi telle espèce sous tel arbre, sur telle terre. Restait le paramètre du calendrier du sud et là Paul ne finissait pas de s’émerveiller de pouvoir raconter à ses amis belges, qu’il allait retrouver peu après à une session en Vendée, tout ce qui poussait déjà en Gironde. Des espèces tout à fait précoces pour lui comparativement à ce qu’il observe plus au nord. Outre  l’Agrocybe praecox  vu et photographié en arrivant, la liste du matin comportait Macrolepiota procera (coulemelle), Russula vesca (russule comestible), Amanita rubescens (amanite rougissante), Pluteus cervinus (plutée couleur de cerf), paxillus involutus (paxille enroulé), Phellinus cf. ignarius (sur chêne liège).
L’après-midi, toujours dans un parc, toujours près de vignes, Amanita rubescens était encore là avec Vascellum pratense, Conocybe aporos, Hypholoma fasciculare, Paneolus fimicola et Ganoderma resinaceum. L’odorat, le goût, la couleur participent à l’identification des champignons et aussi… du vin. Paul Pirot, fin connaisseur ubiquiste dans ces deux domaines, a identifié très précisément, selon ces trois critères, jeudi et les autres jours les breuvages soumis à sa bienveillante attention.

Dunes et chênes verts, Psathyrella ammophila et Leccinum lepidum

convivialite-le-verdon.jpg  amanite-printaniere.jpg

De Bordeaux au Verdon la route, vendredi 8 mai, est longue. En gagnant la pointe du Médoc entre océan et forêt de chênes verts, l’Histoire se répète  sans se ressembler tout à fait mais cri de victoire ! Les belles et mortelles amanites printanières blanches qui se colorent en jaune vif à la potasse ou autre base forte  (Amanita verna f.decipiens) sont bien là, près de la voie ferrée, encore plus nombreuses qu’il y a deux ans mais bien plus petites.

inocybe-heimii.jpg psathyrelle-des-sables.jpg  leccinum-lepidum.jpg

Plus gros, les bolets inféodés au chêne vert, Leccinum lepidum que nous allons trouver en nombre. En nombre également,  cette fois dans les dunes,  les psathyrelles des sables (Psathyrella ammophila). En nombre aussi et toujours dans les lettes grise et blanche l’Inocybe heimii. Plus « passe-partout » et ceci est bien relatif et subjectif, nous nous arrêterons ou pas pour observer, dans le désordre, Russula vesca,  Polyporus lentus, Tuberifera ferruginosa, Lycogala epidendron, Suillus bovinus et  Cortinarius cf. privignoides.

Vous reprendrez bien un petit côte de bourg

paul-pirot-chanterelles-malgaches.JPG jacques-beck-ceccaldi.JPG paul-pirot-faune-de-madagascar.JPG

Le lendemain samedi quelques verna, lepidum, heimii et ammophila témoignent à l’entrée de la salle de conférences de la Maison des associations de Mérignac de la sortie de la veille tandis que Jacques Beck Ceccaldi parle des espèces invasives ou envahissantes qu’il a vues en Australie, de la déforestation aussi, du manque d’intérêt des autochtones pour les champignons sinon en boîtes. Ce manque d’intérêt est présent également à Madagascar et Paul Pirot s’est lancé dans un travail de formation des guides qui porte aujourd’hui ses fruits. Les champignons en lien social. Images d’enfants avides de savoir qui payent pour aller à l’école. Un autre monde si semblable et si différent. Paul montre le pays, ses gens, ses champignons et fait passer le message d’une nécessaire solidarité pour laquelle il milite. Quelques brochures « Olatra Champignons » seront vendues au bénéfice de l’Association Mitsinjo . Passionné, le néo missionnaire Belge partage et convainc.

des-coulemelles.jpg _-au-haut-brion-la-meme-p.jpg

Pour les adhérents du CEMA, ces journées de partage d’une passion en toute convivialité auront été très formatrices. Dimanche matin Paul est reparti vers Vouvant en Vendée pour une session sur les ascomycètes non sans s’arrêter, en remontant, en divers endroits des portes ouvertes des côtes de bourg qui battaient leur plein ce jour-là. Dans un message informant qu’il était bien arrivé à destination, l’ami Paul écrivait avoir goûté quelques vins et nous donnait quelques bonnes adresses, notamment à Tauriac. Toujours le sens du partage.

                                                                                                                                       Michel Pujol