Archives du mot-clé Pessac

Bourgailh, acteIV

Bourgailh 1-cèpesLes cèpes de Bordeaux poussent même à Pessac! C’était samedi 7 novembre 2015 la quatrième et dernière animation mycologique 2015 du CEMA sur l’écosite du Bourgailh à Pessac.
Bourgailh-2 marcheA guichets fermés serait-on tenté d’écrire car les inscriptions avaient fait le plein. La troupe se mettait donc en marche sous la conduite de Jacques Boyer, Jacques Beck Ceccaldi et Michel Pujol les « cémaistes » animateurs.
Bourgailh-3 arrêtUne enquête-quête en petits groupes dans le sous-bois à la découverte des espèces du jour commentées lors d’ arrêts répétés.
Bourgailh-4 bouleauSur le sol, dans la litière, sur le bois mort ou juchés sur le tronc d’un bouleau ces champignons étaient raisonnablement prélevés et disposés dans des paniers rigides pour une bonne conservation en l’état naturel.
Bourgailh 5 -tableClassés, déterminés, ils étaient mis sur la table, soumis à la question sans aucune torture. Que du plaisir.
M.P.
11.11.2015

 

Publicités

Retour au Bourgailh: des pousses pour la balade-découverte

Fin septembre Jean-Louis Farou, pour les lichens, et le CEMA, pour les champignons, animaient des conférences sous le chapiteau dressé devant la serre du Bourgailh à Pessac. Les initiations à la lichénologie et à la mycologie étaient suivies d’une visite-application sur le terrain dans le bois alentour. Ce jour là, 28 septembre, les pousses de champignons étaient plutôt … poussives.

Ecosite du Bourgailh, Pessac (33), champignons, CEMA, Sylvie Boyer, Pierre-Daniel Pasquier, Jacques Boyer, Jacques Beck Ceccaldi, Michel Pujol, Jean-Louis Farou

En revanche, hier samedi 24 octobre 2015 l’écosite pessacais offrait au groupe d’inscrits à la balade découverte* la possibilité de découvrir, sous la conduite du CEMA, de nombreuses espèces. Certes, ce n’est pas encore une explosion de pousses mais à un mois de distance la saison mycologique bat enfin presque son plein.
L’équipe du CEMA Pierre-Daniel Pasquier, Sylvie Boyer, Jacques Beck Ceccaldi, Jacques Boyer et Michel Pujol accompagnait la bonne trentaine d’inscrits-présents à cette balade-découverte. Découverte à petits pas dans les allées et couverts du site entrecoupée d’arrêts pour décrire, identifier les espèces rencontrées et éclairer sur le pourquoi de leur présence dans tel ou tel biotope du Bourgailh. Les petites mains enfantines étaient très actives pour amener en leur entier (une leçon bien comprise) les sporophores aux animateurs.

Ecosite du Bourgailh, Pessac (33), champignons, CEMA, Sylvie Boyer, Pierre-Daniel Pasquier, Jacques Boyer, Jacques Beck Ceccaldi, Michel Pujol, Jean-Louis Farou

La balade se terminait deux heures après avec une récolte abondante en variété d’espèces disposée sur les bancs pour un examen approfondi et commenté. L’occasion d’échanger, de faire pièce aux idées reçues et de sensibiliser aux risques de confusion source de cas plus ou moins graves d’intoxications. Un fascicule illustré sur les confusions de champignons était d’ailleurs distribué en fin d’animation avant de se séparer.

http://www.bourgailh-pessac.fr/activites/ 

 

Un dimanche d’ateliers à la Maison Ecocitoyenne avec des récoltes de champignons en ville

Tête-maison-éco.jpg

Troisième volet de la thématique « Le champignon dans la ville » animée par le CEMA ce dimanche 6 novembre 2011 à la Maison Ecocitoyenne de Bordeaux. Après une balade-découverte le dimanche précédent à Bordeaux Lac et une conférence le vendredi,3191372859

il s’agissait de faire plus ample connaissance avec les champignons présents à la porte des citadins. Mini exposition, ateliers, échanges à chaud sur du très frais.

 CEMA, maison ecocitoyenne de bordeaux, microscopie, champignons, Bordeaux lac, Pessac, Gradignan, Canéjan, Lormont, Jacques Boyer, Sylvie Cantin, Jacques Beck Ceccaldi, Jean André Camy, Docteur Magali Labadie, Michel Pujol, Dacrymyces varisporus, Lycoperdon perlatum, Gymnopilus penetrans, Cyathus striatus

Aux visiteurs venus tout au long de la journée, le plus souvent en famille, les animateurs du CEMA ont présenté quelques espèces récoltées la veille dans des espaces rudéraux, « en ville »: à Bordeaux Lac sur les lieux de la balade de la semaine précédente, à Pessac, Lormont, Gradignan et Canéjan dans des parcs publics. La culture du Shi-také (Lentinula edodes) était montrée sur deux bûches de chêne porteuses de fructifications abondantes assorties d’un panneau didactique.

CEMA, maison ecocitoyenne de bordeaux, microscopie, champignons, Bordeaux lac, Pessac, Gradignan, Canéjan, Lormont, Jacques Boyer, Sylvie Cantin, Jacques Beck Ceccaldi, Jean André Camy, Docteur Magali Labadie, Michel Pujol, Dacrymyces varisporus, Lycoperdon perlatum, Gymnopilus penetrans, Cyathus striatus, Lentinula edodes, Yvette Dabos

Les fortes pousses de Lépiote pudique (Leucoagaricus leucothites), Lycoperdon perlé (Lycoperdon perlatum), Cyathe et Gymnopile (sur BRF) a donné lieu à la présence de ces espèces, entre autres, sur les tables d’exposition. D’autres récoltes ont été scrutées à la loupe binoculaire et étudiées au microscope avec les images projetées en direct sur très grand écran.

CEMA, maison ecocitoyenne de bordeaux, microscopie, champignons, Bordeaux lac, Pessac, Gradignan, Canéjan, Lormont, Jacques Boyer, Sylvie Cantin, Jacques Beck Ceccaldi, Jean André Camy, Docteur Magali Labadie, Michel Pujol, Dacrymyces varisporus, Lycoperdon perlatum, Gymnopilus penetrans, Cyathus striatus, Lentinula edodes, Yvette Dabos

Les adhérents du CEMA, de passage dimanche à la Maison Ecocitoyenne ont apporté leur aide aux « permanents » de cette animation-partage mycologique en trois volets au cœur de la ville.  

 

Réchauffement climatique : Calvatia pachyderma, une deuxième station découverte en Gironde

 3497037035

 Ce serait la deuxième station de ce champignon découverte en Aquitaine. La première a été observée par Jacques Guinberteau en 2007. Macroscopiquement, vue de loin, Calvatia pachyderma évoque Mycenastrum corium un autre lycoperdale bien connu des membres du CEMA. L’habit est trompeur mais « le moine » est tout autre avec une gleba plus marron et, au microscope, un capillitium non épineux. Etude de cette espèce liée au réchauffement climatique coordonnée par Jacques Beck Ceccaldi inventeur de la nouvelle station de Pessac (33) qui revient aussi sur Mycenastrum Corium déjà cité dans ce blog.

Calvatia pachyderma (Lév.) Morgan

Du latin : calvatus = chauve, nu. Du grec : pachûs = épais + dermus = peau

Champignon à peau épaisse, nue (lisse).

Synonyme : Gastropila fragilis  (Lév.) Homr. & J.E.Wright

Deuxième station découverte en Gironde.

 Mai et juin 2011

Macroscopie

1601328030Planche 1

Masse globuleuse, ressemblant de loin à Mycenastrum ou Langermania, de 4 à 20 (35) cm de diamètre. Exopéridium un peu épaissi mais fragile, couvert d’une peau blanche à brun gris sale rapidement craquelée, en surface, en plaques irrégulières. Champignon sessile mais relié au substrat par un épais cordon mycélien cassant. La face interne est brun ocracé, fertile et protégée par une gléba blanche non homogène (production de spores par des basides qui disparaissent rapidement). En mûrissant elle devient un capillitium brun foncé, composé de filaments lisses. À noter : absence de base stérile (subgléba) typique par exemple chez Vascellum pratenseLycoperdon perlatumMorganella pyriformeCalvatia utriformis, etc. Les spores (sporée en masse, tabac brun) seront dispersées par une ouverture en étoile à plusieurs branches. À ce stade, l’exopéridium persiste sur le terrain jusqu’à disparition de la masse sporale entraînée par les pluies, les animaux, les insectes, les passants, le vent…. En plein soleil en un rond de sorcière de 20 sujets pour cette station (Pessac, Gironde, Mai et juin 2011). Au printemps. Dans l’herbe d’un champ de plusieurs hectares (planche 1).

Discussion

Ce champ est un vaste espace public ouvert (rudéralisé ; sol lourd et maintes fois remodelé, compacté…). Les tondeuses à gazon ont déchiqueté, avant mûrissement notre première récolte. Une autre pousse, moins abondante, a été observée deux semaines après. L’avenir dira si cet éparpillement mécanique d’une importante masse sporale par des « broyeurs de surface » apparemment peu mycophiles contribuera de manière significative à la propagation de ce champignon jusqu’à présent peu fréquent.

960096162Planche 2

Un premier examen microscopique (M. Pujol) a conduit à sa détermination confirmée par Jacques Guinberteau. Ce dernier, ingénieur INRA, avait découvert la première station (planche 2), actuellement la plus septentrionale, de Calvatia pachyderma en Gironde en 2007 et obtenu son inscription au patrimoine fongique national. Notre conseiller scientifique souligne le lien avec le réchauffement climatique car cette espèce était signalée en Espagne mais pas au-delà à l’époque alors qu’elle était connue des climats chauds et secs d’Amérique du Nord (Californie), Mexique, Amérique du sud et Australie.

« … California fungi, Calvatia pachydermamykoweb.com – Solitary or small groups in native grasslands or dry, open areas; fruiting shortly after the fall rains, again in the spring; known from coastal locations but probably occurs elsewhere at low elevations; occasional…Common Name: puffball…»

Microscopie (réalisée dans l’eau)

4046572117

Planche 3 : Trois basides ventrues, courtes, avec tétrades de spores.

                      Capillitium composé de filaments lisses, poroïdes (pores non observés), septés,

                      5,6 à 7,3 µm de diamètre.

 1125193285

Planche 4 : Spores isolées jaune brun, ovales, lisses, 4-6×3,5-5 µm , apicule <1 µm et guttule huileuse visibles + une vue des spores dans le capillitium.                                

Mai 2011

Mycenastrum corium (Guers) Devs.

Du grec : mukës = champignon + suff. latin, péjoratif  astrum. Champignon en forme d’astre.

Le substantif corium indique une peau très épaisse (cuir, écorce).

 

Macroscopie

182835216

Globuleux, de 4 à 20 cm de diamètre. Nous avons observé en mai un exemplaire de 30 centimètres parmi 20 autres en un parfait rond de sorcières. Peau très épaisse, blanc pur rapidement craquelé, en surface, en larges plaques. A maturité complète, en séchant, il devient entièrement noir. Sans pied mais relié au substrat par un épais cordon mycélien cassant. La face interne est brun ocracé, fertile : production de spores par des basides qui disparaissent rapidement et protégée par une gléba blanche qui en mûrissant devient un capillitium (filaments stériles) brun foncé, pulvérulent, composé d’hyphes rameuses et épineuses retenant les spores qui seront dispersées par une ouverture irrégulière puis destruction totale et rapide du champignon.

Du printemps à l’automne en troupes nombreuses sur terrains rudéralisés et au plein soleil.

 

Microscopie

2577431706

Planche 1 : sur agrandissement x 1000, hyphes à parois épaisse, fortement épineuses et nombreuses ramifications.

                     Sur agrandissement x 2000, les spores laissent apparaître le reste du hile. Difficilement visible car absent le plus souvent. Chez les Gastéromycètes ils sont imparfaits ou n’existent pas et à ce stade les basides ont disparu.

                     Sur agrandissement x2500, nous observons les ornementations des spores sous forme de verrues basses et arrondies (à tronquées !).

                      A droite et en bas, ce pourrait bien être la seule baside observée.

2048158146

Planche 2 : portions et extrémités des hyphes et spores sous agrandissement x 1000.

                     A gauche, les spores sont libres dans la préparation et à droite encore prisonnières du capillitium.

 3310998211

Planche 3 : les spores, brun foncé à maturité, globuleuses, 10-13 µm, parois épaisses, une guttule plus ou moins excentrée, verrues courtes qui fusionnent pour former un réseau bas.

3855330952

Planche 4 : deux vues de l’intrication des hyphes rameuses et épineuses de la gléba qui est

devenue pulvérulente et forme alors le capillitium.


Dossier coordonné par Jacques Beck Ceccaldi 

4041592206

collaboration de Jacques Boyer, Jacques Guinberteau et Michel Pujol